En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

28 articles trouvés

Paru dans le numéro N°246 - Août/Septembre

Reprise d’une tige fémorale mécaniquement défaillante : planification et stratégie opératoire

Reprise d’une tige fémorale mécaniquement défaillante : planification et stratégie opératoire Par Paul Bonnevialle

Le remplacement d’une prothèse totale de hanche nécessite la maitrise des nouvelles conditions anatomiques secondaires aux détériorations acétabulaires et fémorales. Le patient, longtemps satisfait de sa première arthroplastie, souhaite retrouver indolence, mobilité et stabilité après la dépose-repose de ses implants mécaniquement défaillants ; mais le chirurgien, peut-il relever un tel défi à court et long terme ? Plusieurs éléments vont interagir sur cette réponse et en premier l’importance des lésions osseuses. Leur évaluation conduit à une classification lésionnelle préopératoire, étape incontournable pour anticiper les difficultés de repose des implants. Pour stabiliser le nouvel implant le ciment est encore envisageable mais actuellement il est le plus souvent fait appel à des tiges non cimentées à surface ré-habitable bioactive ou non.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°238 - Novembre 2014 - Cahier N°2

Les révisions de prothèse totale de hanche par voie antérieure - Intérêt, indications et limites

Les révisions de prothèse totale de hanche par voie antérieure - Intérêt, indications et limites Par Frédéric Laude

La révision d’une prothèse totale de hanche est souvent associée à une plus grande morbidité et expose à plus de complications qu’une arthroplastie de première intention.

La voie d’abord est en général plus étendue. L’extraction des implants et la reconstruction osseuse du fémur et/ou de l’acétabulum s’associent très fréquemment à des lésions supplémentaires des parties molles. Les risques de sidération musculaire, d’hémorragie, d’hématomes, de luxation prothétique, d’ossification secondaire et d’infections sont plus fréquents.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°218 - Cahier 1 - Novembre 2012

Prothèse intermédiaire de la hanche par voie d’abord antérieure avec le positionneur de jambe medacta pour table orthopédique dans les fractures du col du fémur

Prothèse intermédiaire de la hanche par voie d’abord antérieure avec le positionneur de jambe medacta pour table orthopédique dans les fractures du col du fémur Par M. Irrazi

La voie d’abord antérieure de la hanche selon Hueter pour la pose de prothèse de hanche a été popularisée par R. Judet et J. Judet, il y a plus de cinquante ans. Elle était pratiquée majoritairement par les équipes chirurgicales parisiennes, ayant eu la culture et la formation de cette voie antérieure. Elle nécessite l’utilisation de la table orthopédique dans sa version ancienne, qui n’est plus disponible dans la plupart des blocs opératoires.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°215 - Juin 2012

Historique des prothèses totales de hanches sans tige fémorale diaphysaire

Historique des prothèses totales de hanches sans tige fémorale diaphysaire Par H. Kuhn, M. Menge

Comme le Medecin, qui desire trencher Quelque member incurable, avant que d'aprocher Les glaives impiteux de la part offense, Endort le patient d'une boisson glacee, Puis sans nulle douleur, guide d'usage et d'art, Pour sauver l'homme entier, il en coupe une part ...

Guillaume de Saluste Seigneur Du Bartas. La Sepmaine ou Creation du Monde, Le sixiéme jour (960-65). 1581

Lire l'article

Paru dans le numéro N°211 - Février 2012

Reconstruction du ligament croisé antérieur à 10 et 15 ans de recul : Association entre ménisectomie et arthrose

Reconstruction du ligament croisé antérieur à 10 et 15 ans de recul : Association entre ménisectomie et arthrose Par M. Cohen

Depuis le premier cas rapporté de reconstruction du ligament croisé antérieur jusqu’aux dernières techniques endoscopiques, la reconstruction du LCA a énormément évolué avec des techniques de plus en plus rapides et de moins en moins agressives. Les études de suivi des reconstructions du ligament croisé antérieur avec utilisation du tendon patellaire ont été rapportées à court, moyen et long terme. Dans la plupart de ces études, il y a eu une amélioration objective et subjective de la fonction avec des résultats qui ont été obtenus essentiellement dans les reconstructions précoces du ligament croisé antérieur.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°205 - Juin 2011

Pourquoi et comment passer à la voie antérieur en décubitus dorsal pour la réalisation d'une prothèse totale de hanche

Pourquoi et comment passer à la voie antérieur en décubitus dorsal pour la réalisation d'une prothèse totale de hanche Par L. Kerboull

Ayant eu la chance d’avoir eu une large formation à la chirurgie de la hanche, j’ai eu l’occasion de réaliser toutes les voies d’abord décrites. Longtemps, j’ai considéré que la voie transtrochantérienne me permettait en toutes circonstances d’être parfaitement exposé, de préserver la musculature et éventuellement de modifier la tension et l’orientation des moyen et petit fessiers si la restauration d’une architecture fonctionnelle de l’articulation artificielle le nécessitait. Les inconvénients de cette voie d’abord, respect d’une période d’appui soulagé pendant 6 semaines et rare risque de pseudarthrose du trochanter, autrefois bien acceptés par les patients, le sont aujourd’hui de moins en moins. Il reste facile de justifier ces inconvénients pour la réalisation d’une arthroplastie primaire techniquement difficile ou pour une réintervention.

Lire l'article