En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

15 articles trouvés

Paru dans le numéro N°186 - Septembre 2009

Prise en charge actuelle des luxations épisodiques de la rotule (place de la reconstruction du ligament fémoro-patellaire médial)

Prise en charge actuelle des luxations épisodiques de la rotule (place de la reconstruction du ligament fémoro-patellaire médial) Par G. Demey, E. Servien, R. Debarge, S. Lustig, T. Ait Si Selmi, Ph. Neyret

Nous parlons de luxation épisodique de la rotule lorsque le patient a présenté au moins une luxation de rotule vraie authentifiée ou une séquelle radiologique de cette luxation (fracture du versant interne de la rotule ou du condyle externe). Sous l’influence de D. Fithian, ce terme de luxation épisodique a remplacé l’appellation d’instabilité rotulienne objective ou luxation occasionnelle de la rotule. Il est plus adapté en français comme en anglais (episodic patella dislocation) pour définir le groupe de patients ayant présenté une ou plusieurs luxations de la rotule. C’est le mot « instabilité » qui induisait une ambiguïté car il s’agit d’un symptôme.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°176 - Août 2008

Luxations de la hanche

Luxations de la hanche Par F. Lejars 1863-1932

Les planches ci-contre sont extraites de la cinquième édition du célèbre ouvrage de Félix Lejars : Chirurgie d’Urgence. 1906. Masson et Cie Editeurs.
Félix Lejars était chirurgien des hôpitaux à Paris, successivement à la Maison de santé puis à Tenon (1900) et à Saint Antoine (1906). En 1912 il était professeur de pathologie externe et en 1919, professeur de clinique chirurgicale à Saint Antoine. Il était membre de l’Académie de Médecine, section chirurgie en 1924.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°176 - Août 2008

Luxation de hanche sans fracture du cotyle associée : méta-analyses et série de cas rapportés

Luxation de hanche sans fracture du cotyle associée : méta-analyses et série de cas rapportés Par A. Meyer, G. Biette, Y. Catonne

La luxation traumatique de l’articulation coxo-fémorale se définit comme le déplacement permanent de la tête fémorale hors de la cavité acétabulaire. Elle est en général la conséquence d’un traumatisme violent.
L’articulation coxo-fémorale est une énarthrose ; elle résulte de l’articulation de la tête du fémur dans une cavité creusée dans l’os iliaque : la cavité acétabulaire. Elle est agrandie par un fibrocartilage annulaire, le labrum, qui s’insère sur la périphérie de l’acétabulum.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°152 - Mars 2006

La luxation intra prothétique - une complication rare de la double mobilité

La luxation intra prothétique - une complication rare de la double mobilité Par M.H. Fessy

La problématique, à moyen terme de la double mobilité, reste la luxation intra prothétique. La tête métallique sort du polyéthylène par usure du listel de rétention. La tête est alors logée dans la cupule métallique, ce qui donne une image radiologique bien caractéristique. Dans la littérature, cet incident est hélas rapporté dans toutes les séries consacrées à la double mobilité, ce qui témoigne, s’il en est besoin, de sa triste réalité. Heureusement, cet incident reste rare.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°151 - Février 2006

Extrait de l'atlas du traité des fractures et des luxations - Planche XVII : Luxation des Vertèbres cervicales

Extrait de l'atlas du traité des fractures et des luxations - Planche XVII : Luxation des Vertèbres cervicales Par J-F. Malgaigne

Cette lésion diffère de la précédente en ce que les apophyses articulaires ne sont pas complètement abandonnées...
C’est donc à tort qu’on l’a laissée jusqu’ici à peu près dans l’oubli, et qu’on ne l’a pas distinguée de la luxation complète. A l’autopsie même, les observateurs n’ont pas toujours précisé le mode de déplacement subi par les apophyses articulaires ; j’espère cependant que l’ensemble des faits laissera peu de doute sur l’interprétation que j’en ai donnée.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°143 - Avril 2005

Stratégie diagnostique dans les pentades et les luxations du genou

Stratégie diagnostique dans les pentades et les luxations du genou Par D. Saragaglie, C. Chaussard

Les luxations et les pentades (lésions bicroisés) du genou sont rares. Du fait de leur pronostic fonctionnel, on peut les classer dans le même cadre nosologique des lésions multiligamentaires du genou. Les luxations vraies sont dominées par le risque de lésions vasculaires (14 à 65%) en sachant que les luxations spontanément réduites exposent au même risque alors que l'aspect en urgence peut être faussement rassurant. En l'absence de lésion vasculaire qui nécessite une prise en charge immédiate par le chirurgien vasculaire, la tendance actuelle est à opérer ces lésions après réduction de la luxation en urgence.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°136 - Août 2004

De la luxation du pouce en arrière par Louis Hubert Faraboeuf

De la luxation du pouce en arrière par Louis Hubert Faraboeuf Par M. Guivarc'h

Pour les chirurgiens, le nom de Farabeuf est d'une familiarité quotidienne. En plus de l'incontournable écarteur, il nous a laissé le souvenir d'une anatomie intransigeante. Mais peu d'entre nous ont lu ses travaux. Voici des extraits de son remarquable travail sur la luxation du pouce en arrière présenté le 12 janvier 1876 à la Société de Chirurgie. "Dans les luxations du pouce en arrière, la phalange n'est rien, les os sésamoïdes sont tout".
Tout reste vrai plus d'un siècle après.

Christian Dumontier

Lire l'article

Paru dans le numéro N°133 - Avril 2004

Extrait de l'atlas du traité des fractures et des luxations - Planche XXX : Luxations des os du pied

Extrait de l'atlas du traité des fractures et des luxations - Planche XXX : Luxations des os du pied Par J.-F. Malgaigne

Luxation récente du tibia en dedans. Cette pièce provient d’un homme qui succomba au bout de quelques jours. La luxation était compliquée de plaie. On aperçoit en outre une fracture multiple de la partie inférieure du péroné et une fracture transversale de la malléole interne. Le reste de la malléole fait une saillie considérable en dedans et aussi en arrière, la pointe du pied étant très-fortement tournée en dehors ;

Lire l'article

Le 01/05/2002

Extrait de l'Atlas du traité des fractures et des luxations : Planche XXIV : Luxation du coude et de l'extrémité supérieur du radius -  Planche XXIX : Luxation du fémur et du genou - Planche XXVI : Luxation iliaque complète du fémur

Extrait de l'Atlas du traité des fractures et des luxations : Planche XXIV : Luxation du coude et de l'extrémité supérieur du radius - Planche XXIX : Luxation du fémur et du genou - Planche XXVI : Luxation iliaque complète du fémur Par J.-F. Malgaigne

Le coude est vu par sa face externe, sauf le radius qui manque. La fig. 1 montre les os dans la flexion la plus complète possible; l'extension était libre et allait même et un peu plus loin qu'à l'état normal. L'olécrane, rejeté à 3 centimètres en arrière de sa position normale, regagne le bord postérieur de l'os en faisant un coude anguleux d'environ 135°.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°112 - Mars 2002

Extrait de l'Atlas du traité des fractures et des luxations. Planche XX XXI XXII : Luxations scapulo-humérales

Extrait de l'Atlas du traité des fractures et des luxations. Planche XX XXI XXII : Luxations scapulo-humérales Par J.-F. Malgaigne

La dissection montra d'abord que la luxation avait été incomplète, le rebord glénoïdien ayant creusé une gouttière sur la portion articulaire de la tête humérale. La majeure partie de cette tête, tournée fortement en dedans, appuyait sur une sorte de cavité communicante, mais qui n'était encore ni osseuse, ni même cartilagineuse. La cavité glénoïde n'avait gardé son cartilage que dans sa portion inférieure ;

Lire l'article