En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

21 articles trouvés

Paru dans le numéro N°190 - Janvier 2010

La fixation percutanée dans le traitement des fractures de l'anneau pelvien postérieur

La fixation percutanée dans le traitement des fractures de l'anneau pelvien postérieur Par A. Pinho, V. Veludo, N. Neves, A. Trigo Cabral

Les fractures du bassin représentent 3 % de toutes les fractures, mais atteignent 25 % dans les cas de polytraumatisme. La plupart des lésions de l’anneau pelvien résultent de traumatismes de haute énergie, et présentent, dans les différentes séries, un taux de mortalité de 9,2 % à 30 %, en rapport avec des lésions crâniennes, thoraciques, abdominales et vasculaires (chocs hypovolémiques). Grâce à l’amélioration ces dernières années de la prise en charge initiale des polytraumatisés, la morbidité et la mortalité liées aux fractures pelviennes ont diminué.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°188 - Novembre 2009

Traitement des fractures du tibia chez l'enfant par fixation externe hexapodale

Traitement des fractures du tibia chez l'enfant par fixation externe hexapodale Par F. Launay, B. Blondel, J.-L. Jouve, G. Bollini

Les fractures du tibia sont des lésions fréquentes chez l’enfant et la plupart d’entre elles se traitent parfaitement bien de façon orthopédique. Il existe certains cas cependant où la chirurgie est nécessaire, en particulier lorsque le chirurgien doit gérer une fracture instable, un syndrome des loges ou un polytraumatisme. L’ostéosynthèse de la fracture peut ainsi être confiée à des broches centromédullaires, une plaque, un clou ou un fixateur externe.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°187 - Octobre 2009

Prise en charge des fractures de l'anneau pelvien en centre hospitalier général

Prise en charge des fractures de l'anneau pelvien en centre hospitalier général Par H. Mathevon*, M. Soenen**, L.-M. Peyroux*, N. Elhusseini*, F. Koussougbo*, A. Kaba*

Les fractures du bassin comme de nombreuses lésions traumatologiques qui ont augmenté autour des années 1980 compte tenu du nombre des accidents de la voie publique, semblent avoir un peu régressé ces 10 dernières années ; elles sont toujours la conséquence d’un impact violent sur le bassin ainsi dans 20 % des cas elles sont présentes dans les polytraumatismes.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°183 - Avril 2009

Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine

Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine Par F. Baque -1, J.-M. Laffosse -2, H. Durrafour -4, J.-L. Tricoire -2, G. Giordano -3, P. Chiron -2, J. Puget -2

Les voies de Kocher-Langenbeck et ilio-inguinale sont actuellement les voies d’abords les plus utilisées pour l’ostéosynthèse des fractures du cotyle. Le choix d’utilisation d’une approche ou de l’autre dépendra du type de fracture et du déplacement. La plupart des cas de fractures peuvent être opérés logiquement par un de ces deux abords avec un bon contrôle de la réduction. Il existe cependant des cas de fractures particulièrement difficiles, déplaçant les deux colonnes, pour lesquels la réduction anatomique est impossible par une voie unique de Kocher-Langenbeck ou par une voie ilio-inguinale seule.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°183 - Avril 2009

La vis plaque

La vis plaque "Traumax" pour l'ostéosynthèse percutannée des fractures de l'extrémité supérieure du fémur : Une vis plaque dynamique, modulable et à vis bloquées Par P. Chiron, H. Bensafi, N. Reina, J.M. Laffosse, J.M. Frieh, L. Doursounian

Le vieillissement de la population et l'efficacité relative des traitements curatifs de l'ostéoporose sont à l'origine d'une hausse exponentielle du nombre de fractures de l'extrémité supérieure du fémur ! D’après les chiffres de l'INSEE, il y aurait eu en France en 2006, 60 000 fractures de l'extrémité supérieure du fémur opérées dont environ 40 000 fractures du trochanter et 20 000 fractures cervicales. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes ; le risque d'avoir une fracture de l'extrémité supérieure du fémur chez la femme entre 75 et 85 ans est de 11 /1000 et de 33/1000 après 85 ans.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°178 - Novembre 2008

Artifices techniques d’aide à la réduction, dans le traitement des fractures du membre inférieur par plaque à vis bloquées par voie d’abord mini invasive.

Artifices techniques d’aide à la réduction, dans le traitement des fractures du membre inférieur par plaque à vis bloquées par voie d’abord mini invasive. Par M. Ehlinger, P. Adam, J.M. Cognet, P. Simon, F. Bonnomet

En traumatologie les plaques à vis bloquées sont de plus en plus fréquemment utilisées. Le système LCP (Synthès ®) a été l’un des précurseurs en ce domaine et l’expérience clinique atteint bientôt 10 ans. Ses avantages sont nombreux, tant biologiques que mécaniques.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°151 - Février 2006

Les fractures transversales hautes du sacrum : notre expérience pour le diagnostic et le traitement

Les fractures transversales hautes du sacrum : notre expérience pour le diagnostic et le traitement Par T. Sofia, S. Zouaoui, J.Y. Lazennec, Y. Catonne, G. Saillant

La fracture transversale du sacrum est une lésion rare et souvent méconnue. Elle est également connue sous le terme « suicidal jumper’s fracture » après la publication de R. Roy-Camille en 1985. Elle représente moins de 1% des fractures rachidiennes et 3 à 5% des fractures sacrées. Les cas rapportés sont souvent isolés ou tirés d’une faible série. Son incidence est certainement sous-estimée en raison de la difficulté de son diagnostic. La première cause de fracture transversale haute du sacrum est une chute d’un lieu élevé, notamment par défenestration au cours d’une tentative d’autolyse. Notre expérience est basée sur une série de 50 cas depuis 1977.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°151 - Février 2006

Extrait de l'atlas du traité des fractures et des luxations - Planche XVII : Luxation des Vertèbres cervicales

Extrait de l'atlas du traité des fractures et des luxations - Planche XVII : Luxation des Vertèbres cervicales Par J-F. Malgaigne

Cette lésion diffère de la précédente en ce que les apophyses articulaires ne sont pas complètement abandonnées...
C’est donc à tort qu’on l’a laissée jusqu’ici à peu près dans l’oubli, et qu’on ne l’a pas distinguée de la luxation complète. A l’autopsie même, les observateurs n’ont pas toujours précisé le mode de déplacement subi par les apophyses articulaires ; j’espère cependant que l’ensemble des faits laissera peu de doute sur l’interprétation que j’en ai donnée.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°148 - Novembre 2005

Les fractures de l'épidcondyle latéral de l'humérus

Les fractures de l'épidcondyle latéral de l'humérus Par B. Longis, P. Peyrou, D. Moulies

Les fractures de l’épicondyle latéral gardent une mauvaise réputation chez l’enfant. Classées Salter III ou IV et parfois peu déplacées, elles sont malgré tout grevées de complications tels un déplacement secondaire, une pseudarthrose, une épiphysiodèse de l’extrémité distale de l’humérus ou une nécrose de la trochlée ou de l’épicondyle.

Lire l'article

Paru dans le numéro N°145 - Juin 2005

Les techniques chirurgicales du traitement des fractures extra-articulaires des métacarpiens chez l'adulte

Les techniques chirurgicales du traitement des fractures extra-articulaires des métacarpiens chez l'adulte Par Yves KERJEAN

Les fractures extra-articulaires des métacarpiens touchent le sujet jeune et sont les plus fréquentes des fractures de la main. Bien que ces fractures soient le siège dans la majorité des cas d’un traitement orthopédique, certaines fractures métacarpiennes sont impérativement chirurgicales. Leur réduction et leur stabilisation demeurent indiquées pour autoriser une mobilisation précoce qui sera le meilleur moyen d’éviter l’œdème, la raideur articulaire et les adhérences tendino-périostées. La négligence de ces fractures peut entraîner des conséquences redoutables.

Lire l'article