En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Le 01/11/1999

N°88 - Novembre 1999

N°88 - Novembre 1999

Article : Comment nous traitons les fractures de l'extremité inférieure du radius Par K. Guelmi, G. Candelier

Les mécanismes fracturaires les plus fréquents sont bien connus, on peut les décomposer en 3 principaux : l'hyperextension, l'hyperflexion, la compression axiale. On en déduit le type fracturaire de façon assez logique : - hyperextension : fracture type Pouteau Colles - hyperflexion : fracture type Goyrand Smith et fracture marginale antérieure - compression axiale : fractures articulaires en T, fracture en croix, « die punch » fractures.

Lire l'article

Article : L'arthrodèse de la première articulation métatarso-phalangienne Par P. Groulier

L'arthrodèse métatarso-phalangienne est une méthode chirurgicale utilisée depuis longtemps. Nos collèges anglo-saxons en avaient déjà débattu dans leurs publications à la fin du siècle dernier. Les mouvements de l'articulation métatarso-phalangienne du gros orteil participent activement au déroulement du pas. Dans des conditions normales, la tête métatarsienne glisse et roule dans une sorte de grande cavité glénoïde formée par la base de la phalange et le système sésamoïdien qui sont fixés au sol pendant la phase d'appui du pas, avant que la pulpe du gros orteil n'exerce la phase toute distale de l'élan propulsif.

Lire l'article

Article : Luxation des PTG : un risque spécifique des prothèses à plateau mobile ? Par J. Afriat*, F. Larrouy**

L'apparition récente de plusieurs modèles de prothèses de genou à plateau mobile a redonné une place d'actualité à une complication connue, bien que rare, des prothèses à plateau fixe : la luxation. L'analyse comparative de ces prothèses fait intervenir de nombreux paramètres : niveau de congruence, degré de liberté, niveau de contrainte transmis aux implants, etc...

Lire l'article

Article : Instabilité antérieure chronique de l'épaule Par O. Gagey

La physiopathologie de l'instabilité a beaucoup évolué depuis quelques années essentiellement en raison de la prise en compte d'un nouveau paramètre : la laxité ligamentaire. L'examen clinique est le temps fondamental du bilan d'une instabilité. C'est lui qui dans la grande majorité des cas permettra de poser le diagnostic que les examens complémentaires ne feront que confirmer. C'est lui qui va permettre de soulever le principal piège qui est l'instabilité d'épaule associée à une hyperlaxité constitutionnelle et multidirectionnelle. Dans de très rares cas particulièrement difficiles seul l'examen sous anesthésie générale et parfois l'arthroscopie permettront d'acquérir le diagnostic final.

Lire l'article