En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Le 01/05/2012

N°214 - Mai 2012

N°214 - Mai 2012

Entretien : PAU GOLANO

Pau Golanó est professeur d’anatomie à l’Université de Barcelone. Cette notabilité n’entrave pas son esprit révolutionnaire. En effet, sa façon unique d’aborder sa spécialité lui vaut un certain ostracisme des milieux anatomiques mais lui assure l’admiration de la communauté chirurgicale internationale. Délaissant la dissection de cadavres aux chairs brunâtres gorgées de liquides conservateurs, il travaille sur pièces congelées avec une sensibilité artistique amenant à poser un nouveau regard sur l’anatomie. Son atelier ressemble à un bloc opératoire et les pièces qui en sortent, photographiées comme des modèles vivants, méritent d’être exhibées dans un musée. La finalité du travail de Pau Golanó est de faciliter le développement des nouvelles techniques opératoires et d’imageries et c’est pourquoi sa collaboration avec les chirurgiens et les radiologues est permanente.

Lire l'entretien

Article : Arthroscopie de hanche avec ouverture de la capsule première ou comment se passer de l'amplificateur de brilliance Par F. Laude, N. Graveleau, A. Meyer

Depuis la compréhension du mécanisme physiopathologique du conflit fémoro acétabulaire, l’arthroscopie de hanche qui permet de traiter élégamment ce problème est en pleine expansion. Cette chirurgie est cependant d’apprentissage difficile et nécessite un matériel spécifique comme une table de traction, des optiques particulières à 70° et l’aide obligatoire d’un amplificateur de brillance pour se repérer. Les complications de cette chirurgie sont encore nombreuses et limitent à un groupe d’initiés cette chirurgie complexe. Les lésions périnéales et nerveuses en rapport avec la traction, des lésions cartilagineuses ou une lésion labrale suite à une pénétration articulaire agressive et un geste incomplet sont les principales complications de cette chirurgie.

Lire l'article

Article : Atlas d'anatomie de la cheville extrait Par P. Golano

Les quatre préparations anatomiques de cheville présentées ici ont été réalisées spécialement par Pau Golano pour Maîtrise Orthopédique à partir de pièces congelées, et exposent tous les éléments ligamentaires indispensables à connaître pour le diagnostic et le traitement des pathologies de la cheville. L’entorse aiguë de la cheville lors de la pratique du sport est l'une des lésions les plus fréquentes, représentant jusqu'à 30 % des accidents. Les études épidémiologiques ont estimé le taux d'incidence dans la population générale entre 5 et 7 épisodes pour 1000 personnes par an. Dans le monde entier, environ 1 entorse de la cheville se produit par tranches de 10000 personnes et par jour.

Lire l'article

Article : Orteils en griffes : de la biomécanique à la chirugie Par C. Cazeau*, C. Piat**, Y. Stiglitz***

Devant une pathologie d’orteils en griffes, les choix chirurgicaux possibles sont les suivants : - agir sur les parties molles, par des interventions de section, d’allongement, ou de détournement avec ténodèse ; - agir sur les os, par des ostéotomies de réaxation ou de raccourcissement ; - agir sur les articulations, par des résections ou des arthrodèses.

Lire l'article

Article : L'asepsie du pied en salle d'opération Par C. Cazeau

La gestion pré-opératoire du risque infectieux est devenue un élément très important dont la preuve est demandée en cas d’infection nosocomiale. Les recommandations, éditées par la Société Française d’Hygiène Hospitalière, sont de plus en plus contraignantes. Lors d’un litige, il sera demandé de prouver que les critères concernant l’information du patient, la traçabilité, l’assurance qualité au bloc opératoire et surtout l’organisation pratique de la préparation préopératoire aient été bien respectées. Cette préparation, en terme de premier badigeonnage et épilation était auparavant effectuée dans la chambre du patient par l’infirmière d’étage. Depuis quelques années, elle est effectuée en salle d’opération par la panseuse, ralentissant encore l’action et obérant la rentabilité des lieux. Pourrait-on alors formaliser une procédure rendant plus efficiente ces mesures devenues incontournables ?

Lire l'article