En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Le 01/04/2009

N°183 - Avril 2009

N°183 - Avril 2009

Entretien : MARC PHILIPPON

Marc Philippon est un québécois qui a fait carrière aux USA où il se consacre à l’arthroscopie de hanche. Il nous raconte les différentes étapes de son évolution professionnelle qui lui ont procuré une expertise dans un domaine très pointu de la pathologie fémoro-acétabulaire. Nous l’avons rencontré au congrès « Hip 2008 » à Toulouse, rendez-vous incontournable des chirurgiens de la hanche.

Lire l'entretien

Article : La vis plaque Par P. Chiron, H. Bensafi, N. Reina, J.M. Laffosse, J.M. Frieh, L. Doursounian

Le vieillissement de la population et l'efficacité relative des traitements curatifs de l'ostéoporose sont à l'origine d'une hausse exponentielle du nombre de fractures de l'extrémité supérieure du fémur ! D’après les chiffres de l'INSEE, il y aurait eu en France en 2006, 60 000 fractures de l'extrémité supérieure du fémur opérées dont environ 40 000 fractures du trochanter et 20 000 fractures cervicales. Les femmes sont trois fois plus touchées que les hommes ; le risque d'avoir une fracture de l'extrémité supérieure du fémur chez la femme entre 75 et 85 ans est de 11 /1000 et de 33/1000 après 85 ans.

Lire l'article

Article : Intérêt de l'arthroscopie de hanche dans le conflit fémoro-acétabulaire (CFA) Par M.-J. Philippon, K.-K. Briggs, Y.-M. Yen, D.A. Kuppersmith

La mise en évidence croissante de lésions du labrum et du cartilage acétabulaire associés à des anomalies osseuses locales a encouragé les chirurgiens à les prendre en charge par des moyens peu invasifs comme l’arthroscopie. Les indications et les techniques de traitement arthroscopique des conflits fémoro acétabulaires (CFA) ont été largement publiées. Mais il y a peu d’études sur les éléments pronostics de l’arthroscopie de hanche dans ce type de lésion.

Lire l'article

Article : Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine Par F. Baque -1, J.-M. Laffosse -2, H. Durrafour -4, J.-L. Tricoire -2, G. Giordano -3, P. Chiron -2, J. Puget -2

Les voies de Kocher-Langenbeck et ilio-inguinale sont actuellement les voies d’abords les plus utilisées pour l’ostéosynthèse des fractures du cotyle. Le choix d’utilisation d’une approche ou de l’autre dépendra du type de fracture et du déplacement. La plupart des cas de fractures peuvent être opérés logiquement par un de ces deux abords avec un bon contrôle de la réduction. Il existe cependant des cas de fractures particulièrement difficiles, déplaçant les deux colonnes, pour lesquels la réduction anatomique est impossible par une voie unique de Kocher-Langenbeck ou par une voie ilio-inguinale seule.

Lire l'article