En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Le 01/10/2005

N°147 - Octobre 2005

N°147 - Octobre 2005

Entretien : PAOLO AGLIETTI

Les Journées Lyonnaises de Chirurgie du Genou d’octobre 2004 étaient consacrées au “Choix de la Prothèse de Genou” et dans ce numéro, nous vous proposons quelques extraits des travaux présentés. Ces journées ont été marquées par une ouverture sur l’Europe et parmi les orateurs invités, on remarquait la présence de Paolo Aglietti. Paolo est la figure principale de la chirurgie du genou en Toscane et il a très aimablement retracé pour nous les étapes de sa carrière.

Lire l'entretien

Article : Voie d'abord antérieure mini-invasive pour prothèse totale de hanche Par M. Siguier*, T. Siguier*, B. Brumpt*, P. Piriou, T. Judet**

La voie d’abord antérieure que nous allons décrire en détail est une voie dérivée de celle employée par nos maîtres Robert et Jean Judet, pendant toute la durée de leur activité chirurgicale. Leur protocole opératoire était un Hueter élargi, d’une quinzaine de centimètres, comportant un débridement de l’insertion antérieure du tenseur du fascia lata sur la crête iliaque associée à une section du tendon réfléchi du droit antérieur et à une section systématique du pyramidal, dans le but d’exposer facilement le cotyle et l’extrémité supérieure du fémur.

Lire l'article

Article : Technique chirurgicale pour la prothèse unicompartimentaire du genou Par P.Aglitetti, A. Baldani, P.-L. Cuomo

Notre expérience avec la prothèse uni-compartimentale (PUC) de genou a commencé dans les années 70 avec la prothèse Unicondylar Knee. A cette époque, c’était probablement le meilleur implant sur le marché. C’était probablement l’implant le plus facile à mettre en place avec un taux de complications relativement faible par rapport aux autres options dont nous dispositions à savoir la Polycentric, la Géomédic ou la Guépar. Les résultats à moyen terme avec cette PUC ont été décevants. Les mauvais résultats étaient essentiellement dus au taux élevé de descellement et aux décompensations du compartiment opposé.

Lire l'article

Article : Les cages intervertébrales cervicales : analyse critique de la littérature Par H. Pascal-Mousselard*, G. Daculsi**, J.-Y. Lazennec*, Y. Catonné*, G. Saillant*

Les affections dégénératives du rachis cervical, responsables de compressions neurologiques radiculaires (névralgies cervico-brachiales) ou médullaires (myélopathies), sont très fréquentes. Elles sont dues à une compression des structures neurologiques par une hernie discale et/ou des lésions arthrosiques.

Lire l'article

Article : Les points techniques et difficultés cachées Par R. Badet* ***, C. Bussière** ***

Les journées lyonnaises du genou ont permis de débattre avec des chirurgiens européens de problèmes techniques auxquels nous sommes confrontés lors de la mise en place des prothèses totales de genou. Nous avons souhaité lors de la préparation de cette session orienter le débat et les communications de chacun autour de plusieurs thèmes...

Lire l'article

Article : Prothèses du genou difficiles de première intention : le genu valgum Par T. Ait Si Selmi*, G. Deschamps**

Parmi les différents sujets abordés à l’occasion de ce cours avancé sur les arthroplasties du genou, nous nous sommes intéressés aux prothèses du genou de première intention difficiles. Le caractère difficile de la mise en place d’une arthroplastie du genou a une définition variable d’un praticien à l’autre et dépend notamment de son expérience. Malgré tout, même pour un chirurgien expérimenté, certaines situations exposent à des difficultés techniques spécifiques.

Lire l'article

Article : Le traitement médical de la polyarthrite rhumatoïde en 2005 : des avancées spectaculaires Par C. Villoutreix, V. Khanine, M. Rousière, F. Berrenbaum

Le traitement de la polyarthrite rhumatoide (PR) s’est considérablement modifié au cours de ces dix dernières années. Même si celui-ci comporte toujours l’association d’un traitement de fond avec un traitement symptomatique (antalgiques, AINS, corticoïdes à faible dose, infiltrations locales), on assiste à un changement profond de la prise en charge thérapeutique. L’objectif est désormais de diagnostiquer et de débuter le plus tôt possible un traitement de fond, parfois même dès les premières semaines.

Lire l'article