En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Le 01/08/2004

N°136 - Août 2004

N°136 - Août 2004

Article : Démarche diagnostique devant une image osseuse d'allure tumorale Par Ph. Anract, B. Tomeno

Les tumeurs osseuses sont des pathologies rares et de ce fait mal connues. Aux Etats-Unis, l'incidence des tumeurs osseuses malignes primitives (TOMP) est de 10 cas par an pour un million d'habitants. Parmi ces tumeurs, c'est l'ostéosarcome qui est le plus fréquent (30% à 35% de TOMP) ; il représente 0,2% de tous les cancers et son incidence est de 100 à 150 cas par an en France ; viennent ensuite les chondrosarcomes (25% des TOMP) et les sarcomes d'Ewing (20% des TOMP) dont l'incidence est de 50 à 80 cas par an en France. Les tumeurs osseuses secondaires sont, quant à elles, plus fréquentes ; elles touchent environ 60% des patients atteints de cancer (en sachant que le cancer est la deuxième cause de mortalité en France).

Lire l'article

Article : Prise en charge des sarcomes des tissus mous Par A. Babinet

Les sarcomes des tissus mous (STM) sont des tumeurs rares dont l'incidence annuelle est voisine de 18 cas par million d'habitants. Ils touchent assez souvent les sujets âgés, au delà de 60 ans avec une prédominance masculine modérée.

Lire l'article

Article : De la luxation du pouce en arrière par Louis Hubert Faraboeuf Par M. Guivarc'h

Pour les chirurgiens, le nom de Farabeuf est d'une familiarité quotidienne. En plus de l'incontournable écarteur, il nous a laissé le souvenir d'une anatomie intransigeante. Mais peu d'entre nous ont lu ses travaux. Voici des extraits de son remarquable travail sur la luxation du pouce en arrière présenté le 12 janvier 1876 à la Société de Chirurgie. "Dans les luxations du pouce en arrière, la phalange n'est rien, les os sésamoïdes sont tout". Tout reste vrai plus d'un siècle après. Christian Dumontier

Lire l'article

Article : Conduite à tenir devant une tumeur à cellules géantes Par B. Tomeno

Ce choix est mûrement réfléchi. Les Tumeurs à Cellules Géantes (TCG) pouvant être bénignes ou malignes, celui qui les aura bien étudiées saura l'essentiel de ce qu'il faut connaître sur les tumeurs. Il aura pris connaissance de toutes les variantes et « ficelles » du curetage-comblement qui est le traitement de routine de toutes les tumeurs bénignes intra-osseuses. En se penchant sur les formes malignes il aura « jeté un œil » sur les techniques des grandes résection-reconstruction et sur les thérapeutiques associées (radio et chimiothérapies). La TCG est une tumeur exemplaire et didactique.

Lire l'article