En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

JEAN-YVES COILLARD

Paru dans le numéro N°252 - Mars 2016
Entretien consulté 1312 fois

JEAN-YVES COILLARD

Clinique du Parc - 69006 Lyon

Jean-Yves Coillard est Lyonnais mais a été formé à Marseille.
Il s’est destiné très tôt à la chirurgie du pied.
Après son clinicat, il est revenu à Lyon par fidélité à ses origines et il y a exercé, à la clinique du Parc, une chirurgie libérale exclusivement consacrée au pied.
Il est l’actuel vice-président de l’AFCP et il partage avec nous sa vaste expérience de la chirurgie de l’avant pied.

Vous êtes d’origine lyonnaise ?

En effet, je suis d’origine lyonnaise, de la presqu’île même, le centre de la ville où mes parents étaient commerçants. J’ai été nommé Interne la première année en 1984 avec un classement ne me permettant pas de faire de la chirurgie. Je suis alors parti à Saint Etienne en médecine. Nous pouvions en principe à l’époque être formés et bouger dans toute l’inter-région mais les règles ayant changé entre le concours et la prise de fonction, je me retrouvais piégé par des lois rétroactives dans cette ville et ne pouvais plus faire ce que j’aurais voulu faire.

J’ai alors démissionné en deuxième semestre pour repasser l’Internat avec celle qui est devenue ma femme et qui le passait pour la première fois. Nous avons choisi l’inter-région sud et sommes allés à Marseille car c’était la plus grande ville des 4 de l’inter-région sud.

Qui ont été vos patrons à Marseille ?

Je devais être chef de clinique chez le Professeur Pierre Groulier, spécialiste entre autre du pied mais pour des problèmes de restriction de postes, il fallait encore attendre deux ans. J’ai donc été assistant dans le service du Pr. René Louis où je finissais mon internat. C’était un personnage que l’on a un peu oublié mais qui était un très grand patron en chirurgie du rachis. René...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous

Paru dans le numéro N°252 - Mars 2016