En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Y a-t-il encore des indications à combler les encoches de Malgaigne sous arthroscopie ?

Paru dans le numéro N°289 - Décembre 2019
Article consulté 367 fois

Y a-t-il encore des indications à combler les encoches de Malgaigne sous arthroscopie ?

Par Claire Bastard(1), Geoffroy Nourissat(2) dans la catégorie MISE AU POINT
(1)- Hôpital Henri Mondor (Hôpitaux Universitaires Henri Mondor), Créteil, France / (2)- Clinique Maussins-Nollet, 67 Rue de Romainville 75019, Paris, France

Les luxations antéro-inférieures de l’épaule sont fréquentes, surtout chez l’homme jeune. Il s’agit la plupart du temps d’un accident survenant lors de la pratique d’un sport.

Introduction

Les luxations antéro-inférieures de l’épaule sont fréquentes, surtout chez l’homme jeune. Il s’agit la plupart du temps d’un accident survenant lors de la pratique d’un sport 1. Plus le déplacement est important, et plus le risque de lésions associées augmente. Parmi les lésions capsulo-ligamentaires on retrouve la lésion de Bankart qui correspond à la désinsertion du labrum à la partie antéro-inférieure de la glène. Cette lésion initialement décrite par Bankart en 1923 2 est retrouvée dans 88 à 100 % des cas d’instabilité gléno-humérale dans la littérature 3,4. Les lésions osseuses siègent habituellement au niveau du rebord antéro-inférieur de la glène et/ou de la tête humérale.

L’encoche humérale ou encoche de Malgaigne ou lésion de Hill-Sachs a initialement été décrite par Malgaigne en 1855 5 puis par les radiologues Hill et Sachs en 1940 6. Elle correspond à une fracture-enfoncement postéro-supérieure de la tête humérale qui vient s’impacter sur le bord antérieur de la glène lors d’un épisode de luxation. Cette encoche peut être source de récidive d’instabilité car elle peut mener à un « engagement » de la tête humérale en avant de la glène lors des mouvements luxant (figures 1 et 2).

Figure 1 : Radiographie épaule de face avec volumineuse encoche de...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous