En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Voie d’abord préservant le deltoïde et  le sous-scapulaire pour la mise en place  de prothèses inversées  Technique chirurgicale et résultats préliminaires

Paru dans le numéro N°309 - Décembre 2021
Article consulté 1598 fois

Voie d’abord préservant le deltoïde et le sous-scapulaire pour la mise en place de prothèses inversées Technique chirurgicale et résultats préliminaires

Par Adrien JACQUOT (a), Thomas CUINET (a,b) dans la catégorie TECHNIQUE
(a) Centre ARTIC.S, Chirurgie des Articulations et du Sport, Clinique Louis Pasteur, Essey-lès-Nancy - (b) Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, CHRU, Nancy.

En trente ans d’existence, la prothèse inversée d’épaule est devenue un implant de référence pour la prise en charge de la plupart des affections dégénératives ou traumatiques de l’épaule, devançant très nettement aujourd’hui la prothèse anatomique en nombre de pose.

Introduction

En trente ans d’existence, la prothèse inversée d’épaule est devenue un implant de référence pour la prise en charge de la plupart des affections dégénératives ou traumatiques de l’épaule, devançant très nettement aujourd’hui la prothèse anatomique en nombre de pose. Outre l’ingéniosité du concept originel, la raison de ce succès grandissant repose sur les améliorations qui y ont été apportées : optimisation de la technique de pose, meilleure connaissance des paramètres de positionnement, évolution du design des implants, planification pré-opératoire… tout cela ayant conduit à une amélioration des résultats, une diminution du taux de complication et donc un élargissement des indications et de la population cible1,2. De nombreuses questions restent encore sans réponse, et les axes de réflexion ne manquent pas (version humérale, latéralisation, voie d’abord…).

Le choix de la voie d’abord fait notamment encore débat. Deux voies d’abord sont classiquement utilisées : la voie delto-pectorale, et la voie supéro-externe. La voie delto-pectorale est plus largement utilisée aujourd’hui, avec comme argument principal l’absence de désinsertion deltoïdienne, mais pose le problème de la ténotomie du sous-scapulaire et le débat qui en découle sur la nécessité de le réinsérer...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous