En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Vissage pédiculaire à l’aide d’un nouveau système d’imagerie 2D/3D/Navigation tout-en-un Description technique et résultats préliminaires

Paru dans le numéro N°283 - Avril 2019
Article consulté 230 fois

Vissage pédiculaire à l’aide d’un nouveau système d’imagerie 2D/3D/Navigation tout-en-un Description technique et résultats préliminaires

Par J. Tonetti, M. Boudissa, G. Kerschbaumer, O. Seurat, P. Merloz dans la catégorie ACTUALITÉ
Grenoble-Alpes, France

C’est le 10 mai 1995 qu’a lieu à Grenoble la première navigation pour la pose de vis pédiculaires. Nous disposons à l’époque d’une imagerie tri-dimensionnelle (3D) à base tomodensitométrique (TDM ou « scanner ») acquise en pré opératoire puis formatée en un modèle 3D recalé (ou fusionné) avec un « nuage de points » acquis en intra-opératoire.

Introduction

C’est le 10 mai 1995 qu’a lieu à Grenoble la première navigation pour la pose de vis pédiculaires. Nous disposons à l’époque d’une imagerie tri-dimensionnelle (3D) à base tomodensitométrique (TDM ou « scanner ») acquise en pré opératoire puis formatée en un modèle 3D recalé (ou fusionné) avec un « nuage de points » acquis en intra-opératoire [1, 2, 3].

La technique est précise avec seulement 5% de vis non strictement intra-pédiculaires contre plus de 20% avec la technique conventionnelle [4, 5]. De plus le scanner pré opératoire permet de réaliser une véritable planification du positionnement des vis. Les inconvénients sont de deux ordres : d’abord il faut réaliser un scanner pré opératoire spécifique ; ensuite le processus de recalage est parfois difficile à réaliser car très dépendant de la qualité de saisie des points à la surface de la vertèbre, ce qui peut aboutir à des manœuvres itératives et à une perte de temps [5, 6].

La navigation fluoroscopique est une alternative à la navigation à base TDM décrite ci-dessus. Cette technique utilise les images issues d’un fluoroscope conventionnel. Après reformatage et calibrage à l’aide d’une mire, il est possible d’incruster des projections d'outils chirurgicaux virtuels (pointe carrée, guide de perçage, sonde par...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous