En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine

Paru dans le numéro N°183 - Avril 2009
Article consulté 3342 fois

Utilisation des doubles voies d'abords simultannées pour l'ostéosynthèse des fractures complexes du cotyle : La technique toulousaine

Par F. Baque -1, J.-M. Laffosse -2, H. Durrafour -4, J.-L. Tricoire -2, G. Giordano -3, P. Chiron -2, J. Puget -2 dans la catégorie TECHNIQUE
-1 Hôpital Bonnet (Fréjus) -2 Hôpital Rangueil (Toulouse) -3 Hôpital Joseph Ducuing (Toulouse) -4 Centre Hospitalier de Pau

Les voies de Kocher-Langenbeck et ilio-inguinale sont actuellement les voies d’abords les plus utilisées pour l’ostéosynthèse des fractures du cotyle. Le choix d’utilisation d’une approche ou de l’autre dépendra du type de fracture et du déplacement. La plupart des cas de fractures peuvent être opérés logiquement par un de ces deux abords avec un bon contrôle de la réduction. Il existe cependant des cas de fractures particulièrement difficiles, déplaçant les deux colonnes, pour lesquels la réduction anatomique est impossible par une voie unique de Kocher-Langenbeck ou par une voie ilio-inguinale seule.

Introduction

Les voies de Kocher-Langenbeck et ilio-inguinale sont actuellement les voies d’abords les plus utilisées pour l’ostéosynthèse des fractures du cotyle. Le choix d’utilisation d’une approche ou de l’autre dépendra du type de fracture et du déplacement. La plupart des cas de fractures peuvent être opérés logiquement par un de ces deux abords avec un bon contrôle de la réduction. Il existe cependant des cas de fractures particulièrement difficiles, déplaçant les deux colonnes, pour lesquels la réduction anatomique est impossible par une voie unique de Kocher-Langenbeck ou par une voie ilio-inguinale seule (Figure 1 et 2).

 Figure 1 : Fracture bicolonne déplacée.

 

Figure 2 : Fracture en T ostéosynthèse par double abord.

 

D’autres voies d’abords ont été décrites pour l’accès aux deux colonnes. Il s’agit essentiellement des voies dites « extensives » comme la voie d’abord iliofémorale élargie. Ces voies, permettent souvent un bon accès aux deux colonnes. Cependant, la dévascularisation nécessaire à l’exposition péricotyloïdienne est parfois responsable d’évènements iatrogènes, comme des nécroses musculo-cutanées, des lésions vasculo-nerveuses ou des calcifications hétérotopiques.

L’association...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous