En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Une nouvelle approche pour la reconstruction de défauts acétabulaires Paprosky 3 à l’aide d’implants spécifiques aux patients  imprimés en 3D sur la base d’une évaluation  de la qualité osseuse

Paru dans le numéro N°290 - Janvier 2020
Article consulté 284 fois

Une nouvelle approche pour la reconstruction de défauts acétabulaires Paprosky 3 à l’aide d’implants spécifiques aux patients imprimés en 3D sur la base d’une évaluation de la qualité osseuse

Par S.N van Laarhoven, M. Baauw, G.G van Hellemondt, M. Spruit dans la catégorie MISE AU POINT

Les défauts acétabulaires importants sont complexes et difficiles à reconstruire, notamment en présence d’une discontinuité pelvienne. De nombreuses techniques ont été proposées ; citons notamment la greffe osseuse par impaction, les allogreffes structurelles, les cages anti-protrusion ou de reconstruction, les augments en tantale et les reconstructions par cage acétabulaire (« cup-cage »).

Introduction

Les défauts acétabulaires importants sont complexes et difficiles à reconstruire, notamment en présence d’une discontinuité pelvienne. De nombreuses techniques ont été proposées ; citons notamment la greffe osseuse par impaction, les allogreffes structurelles, les cages anti-protrusion ou de reconstruction, les augments en tantale et les reconstructions par cage acétabulaire (« cup-cage »). Cependant, dans le cas de défauts importants avec discontinuité, les résultats sont inégaux et s’accompagnent de taux d’échec élevés en raison d’une stabilité insuffisante du montage primaire, d’un échec de la colonisation osseuse et des limites présentées par les implants standards1-3. L’arsenal thérapeutique du chirurgien orthopédiste confronté à ces difficultés vient de s’enrichir d’un nouvel instrument : un système de reprise spécifique au patient (aMace, Materialise, Louvain, Belgique) Ce système consiste en un implant en titane trabéculaire monobloc et imprimé en 3D comprenant des brides, des augments et un cotyle intégrés ainsi que des guides de perçage pour les vis (fig. 1).

Figure 1. Système de reprise acétabulaire sur mesure aMace ; face arrière en titane trabéculaire.

 

Il permet de planifier le positionnement des vis dans de l’os receveur de qualité pour optimiser...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous