En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Transplantation d’une allogreffe ostéochondrale fraîche (FOCA) dans le genou. Une technique peu utilisée en Europe offrant des résultats encourageants à long terme

Paru dans le numéro N°294 - Mai 2020
Article consulté 339 fois

Transplantation d’une allogreffe ostéochondrale fraîche (FOCA) dans le genou. Une technique peu utilisée en Europe offrant des résultats encourageants à long terme

Par Pablo E. Gelber (1,2) dans la catégorie TECHNIQUE
1- Service de chirurgie orthopédique. Hôpital de la Santa Creu i Sant Pau. Universitat Autònoma de Barcelona. Barcelone, Espagne - (2) ICATME-Hospital Universitari Dexeus - Universitat Autònoma de Barcelona. Sabino Arana, 5-19. 08028. Barcelone, Espagne / Email : [email protected]

Les lésions du cartilage articulaire du genou sont fréquentes chez les sujets jeunes et actifs. Les arthroscopies du genou ont permis de dresser ce constat avec une prévalence pouvant concerner jusqu’à deux tiers des cas. Environ 20 % des patients présentent des défects cartilagineux isolés.

Introduction

Les lésions du cartilage articulaire du genou sont fréquentes chez les sujets jeunes et actifs [1]. Les arthroscopies du genou ont permis de dresser ce constat avec une prévalence pouvant concerner jusqu’à deux tiers des cas. Environ 20 % des patients présentent des défects cartilagineux isolés [2]. Chez ce groupe de patients jeunes, le taux de satisfaction suite à une arthroplastie du genou est faible et les taux d’échec sont élevés en raison d’un descellement ou d’une usure accéléré [3, 4].

Plusieurs options chirurgicales ont vu le jour pour remédier aux défects cartilagineux articulaires localisés, notamment l’implantation de chondrocytes autologues, la stimulation de la moelle sous-chondrale, la transplantation d’autogreffes ostéochondrales et d’allogreffes ostéochondrales fraîches (FOCA). La FOCA constitue une option thérapeutique biologique durable efficace pour les défects otéochondriques localisés du fémur, de la rotule ou du tibia [5]. Elle est réalisée en utilisant une technique comportant une seule étape et peut être préférable à d’autres alternatives chirurgicales, notamment pour les cas de lésions pérpihériques non cernées, d’un œdème sous-chondral étendu ou d’une perte osseuse importante nécessitant une restauration.

L’un des principaux avantages...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous