En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Traitement endoscopique des tendinopathies calcanéennes

Paru dans le numéro N°294 - Mai 2020
Article consulté 650 fois

Traitement endoscopique des tendinopathies calcanéennes

Par Ronny LOPES dans la catégorie TECHNIQUE
Santé Atlantique - Elsan Avenue Claude Bernard, 44800 Saint-Herblain

Longtemps confuse, la terminologie sur les pathologies du tendon calcanéen (anciennement tendon d’Achille) a été bien clarifiée. Les tendinopathies sont divisées en 2 entités nosologiques bien différentes...

Introduction

Longtemps confuse, la terminologie sur les pathologies du tendon calcanéen (anciennement tendon d’Achille) a été bien clarifiée (1). Les tendinopathies sont divisées en 2 entités nosologiques bien différentes :
- Les tendinopathies corporéales (non insertion tendinopathy des anglosaxons).
- Les tendinopathies d’insertion.

Un peu d’anatomie pour mieux comprendre

Le tendon calcanéen est le plus gros tendon du corps humain il est constitué par la réunion des deux gastrocnémiens et du soléaire. Sa vascularisation (2) est assurée par 2 artères (fibulaire et tibiale postérieure) et par 3 sources, 2 aux extrémités musculotendineuses et ostéotendineuses  et la 3ème via le paratendon.

Elle est caractérisée par une zone hyposvascularisée (choke zone) sous la dépendance de l’artère fibulaire particulièrement grêle située à 4 cm de l’insertion distale (3). Ceci explique en particulier les difficultés cicatricielles locales. Le tendon calcanéen, pathologique ou non, n’est que faiblement innervé (4). Anderson (5) précise que les structures nerveuses sont dans le tissu conjonctif de la partie antérieure du tendon ce qui aboutira à des solutions chirurgicales comme « le scrapping » (décollement et avivement de la partie antérieure du tendon).

 

Traitement endoscopique des...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous