En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Traitement de l'instabilité de l'épaule associée à des lésions bipolaires

Paru dans le numéro N°317 - Octobre 2022
Article consulté 95 fois

Traitement de l'instabilité de l'épaule associée à des lésions bipolaires

Par Shirish S Pathak(1), Vivek Dubey(2) dans la catégorie TECHNIQUE
(1) Arthroscopist Department of Shoulder & Sports Injury, Deenanath Mangeshkar Super specialty Hospital Pune, Inde (2) Trauma and Orthopaedics West Hertfordshire, Hospitals NHS Trust Watford, Royaume-Uni

L'articulation glénohumérale est particulièrement exposée au risque de luxation. Son instabilité adopte des formes aussi variées qu'une légère hyperlaxité à des épisodes de luxation récidivants. La luxation de l'articulation glénohumérale provoque des lésions au niveau des tissus mous et des os.

Introduction

L'articulation glénohumérale est particulièrement exposée au risque de luxation. Son instabilité adopte des formes aussi variées qu'une légère hyperlaxité à des épisodes de luxation récidivants. La luxation de l'articulation glénohumérale provoque des lésions au niveau des tissus mous et des os. Les lésions de Bankart et de Hill Sachs figurent parmi les lésions les plus fréquemment observées. Les lésions de Bankart se caractérisent par un décollement du labrum antéro-inférieur du périoste. Griffith et al. [1] et Saito et al. [2] ont constaté que les lésions osseuses glénoïdiennes sont localisées à 3 heures sur l'épaule droite. Toutefois, si la glène s'incline vers l'avant dans le plan sagittal, l'emplacement réel de la lésion glénoïdienne est antéro-inférieur par rapport à l'omoplate.  Les lésions de Hill Sachs se définissent comme une fracture de compression de la tête humérale postéro-latérale. Ces deux lésions sont généralement associées à une luxation antérieure de l'articulation glénohumérale. Les pertes osseuses bipolaires indiquent la présence concomitante de lésions glénoïdiennes et d'une lésion de Hill-Sachs au niveau de l'épaule avec une instabilité glénohumérale antérieure.[3]

La luxation de l'épaule antérieure provoque généralement une instabilité...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous