En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Traitement chirurgical dynamique des cyphoscolioses lombaires de l’adulte

Paru dans le numéro N°295 - Juin / juillet 2020
Article consulté 203 fois

Traitement chirurgical dynamique des cyphoscolioses lombaires de l’adulte

Par G.P. Voydeville dans la catégorie TECHNIQUE
Clinique St André Vandœuvre les Nancy Mail : [email protected]

Le traitement des cyphoscolioses de l’adulte est discuté car le motif de la consultation est rarement la déformation à laquelle les patients sont habitués, mais presque toujours l’expression clinique d’un canal lombaire étroit.

 

Le traitement des cyphoscolioses de l’adulte est discuté car le motif de la consultation est rarement la déformation à laquelle les patients sont habitués, mais presque toujours l’expression clinique d’un canal lombaire étroit.

Le chirurgien traite donc le canal étroit et hésite quant à la scoliose. Soit il ne la corrige, ni ne la stabilise, et confie l’avenir à la rééducation. Soit il réalise une arthrodèse.

Dans mon expérience, le traitement fonctionnel a souvent exposé mes patients à une aggravation de la déformation et à la persistance d’une lombalgie, voire à la récidive de radiculalgies. Quant à l’arthrodèse, elle les a soumis aux aléas de sa consolidation, et à plus long terme, aux inconvénients de sa rigidité dans la vie quotidienne et à la souffrance des étages charnières.

En conséquence de quoi et ce depuis quelques années, j’ai décidé d’utiliser une méthode considérée comme trop agressive par les tenants de la méthode fonctionnelle, inutile et inefficace par les tenants de l’arthrodèse. Mon expérience est cependant favorable et je pense qu’elle vaut la peine d’être connue et diffusée.

L’objectif de la méthode est de corriger les déformations de la colonne vertébrale en respectant sa mobilité fonctionnelle.

 

Matériel et méthode

Depuis janvier 2006, j’ai...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous