En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Tiges courtes guidées par l’éperon de Merkel : un tournant dans la prothèse totale  de hanche moderne

Paru dans le numéro N°280 - Janvier 2019
Article consulté 647 fois

Tiges courtes guidées par l’éperon de Merkel : un tournant dans la prothèse totale de hanche moderne

Par Karl Philipp Kutzner, Joachim Pfeil dans la catégorie TECHNIQUE
Department of Orthopaedic Surgery and Traumatology, St. Josefs Hospital Wiesbaden, Germany

La prothèse totale de hanche (PTH) est l’une des interventions chirurgicales les plus réussies du siècle dernier avec d’excellents résultats à long terme. Cependant, de plus en plus de patients jeunes et actifs de part le monde sont traités par PTH en raison d’une arthrose ; ces patients sont aussi plus exigeants en ce qui concerne la fonction clinique postopératoire et l’activité physique.

Qu’y a-t-il de neuf dans la PTH ?

La prothèse totale de hanche (PTH) est l’une des interventions chirurgicales les plus réussies du siècle dernier avec d’excellents résultats à long terme [1]. Cependant, de plus en plus de patients jeunes et actifs de part le monde sont traités par PTH en raison d’une arthrose ; ces patients sont aussi plus exigeants en ce qui concerne la fonction clinique postopératoire et l’activité physique. En Europe, déjà plus de 20 % des patients ayant bénéficié d’une PTH sont âgés de moins de 60 ans [2].

La demande pour des procédures chirurgicales et des implants permettant une vie quotidienne active et de grande qualité augmente constamment. Des techniques mini-invasives ont par conséquent été développées pour permettre une implantation qui épargne les parties molles. Toutefois, dans la PTH moderne, le résultat postopératoire n’est pas seulement déterminé par le choix de l’abord, il l’est aussi par le type d’implant. Le choix de la tige adéquate contribue largement à la possibilité d’utiliser de façon optimale des techniques mini-invasives [3, 4] (Fig. 1).

Figure 1 : Tige courte guidée par l’éperon de Merkel épargnant l’os et les parties molles.

 

Prothèse totale de hanche à tige courte : la longueur importe-t-elle ?

Les tiges courtes sont...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous