En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Techniques d’ostéosynthèse fémorale originales appliquées aux fractures péri-prothétiques

Paru dans le numéro N°315 - Juin / Juillet 2022
Article consulté 189 fois

Techniques d’ostéosynthèse fémorale originales appliquées aux fractures péri-prothétiques

Par Guillaume ALLARD(1), Arthur ALLARD(2), Virginie JANNOU(3), Pascale Lemaguet, Gildas Guerret, Renaud Fabre(4), Mael Lintanff(5), Isabelle Plantin(6) dans la catégorie TECHNIQUE
(1) C.H. Quimper - (2) C.H.U. Brest, Chirurgiens Orthopédistes - (3) C.H. Quimper Gériatre. - (4) Médecins Anesthésistes C.H. Quimper. (5) Médecin rééducateur, C.H. Quimper, (6) E.F.du Sang Quimper.

La première réflexion, au sujet des fractures fémorales péri prothétiques (FFPP), est qu’elles n’ont pas fini de nous donner du fil à retordre…
Leur incidence a progressé de façon considérable. Et toutes les publications sur le sujet sont unanimes pour reconnaitre les difficultés rencontrées.

La première réflexion, au sujet des fractures fémorales péri prothétiques (FFPP), est qu’elles n’ont pas fini de nous donner du fil à retordre…

Leur incidence a progressé de façon considérable. Et toutes les publications sur le sujet sont unanimes pour reconnaitre les difficultés rencontrées. [1,2,3,4]

A Quimper, nous n’avons pas échappé aux complications. Confrontés à des ruptures précoces de plaques d’ostéosynthèse, nous avons formulé des hypothèses déductives, mis à l’épreuve une technique qui sort des sentiers battus.

Nous proposons de présenter le cas clinique inaugural, les réflexions qu’il a provoquées, la méthode retenue et son résultat. Puis les variantes techniques selon les formes anatomiques.

Quelques réponses à la question : à nouvelle technique, nouvelles indications ? Agrémentés de réflexions biomécaniques.  Quelques images pour nous rappeler que la synthèse des FFPP n’est pas un long fleuve tranquille… (fig. 1)

Figure 1

 

Imaginez les trésors d’ingéniosité déployés par les opérateurs concernés, et leurs espoirs déçus... Notons que le code CCAM : « NBCA007 », ne permet pas de faire n’importe quoi !

Pour entrer dans le vif du sujet : notre premier échec (fig. 2), à l’origine de la réflexion (août 2017). Vancouver C sur PIH, femme de 78 ans, ASA II, 35kgs,...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous