En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Technique chirurgicale pour la prothèse unicompartimentaire du genou

Paru dans le numéro N°147 - Octobre 2005
Article consulté 5682 fois

Technique chirurgicale pour la prothèse unicompartimentaire du genou

Par P.Aglitetti, A. Baldani, P.-L. Cuomo dans la catégorie TECHNIQUE
First Orthopedic Clinic - Florence - Italie

Notre expérience avec la prothèse uni-compartimentale (PUC) de genou a commencé dans les années 70 avec la prothèse Unicondylar Knee. A cette époque, c’était probablement le meilleur implant sur le marché. C’était probablement l’implant le plus facile à mettre en place avec un taux de complications relativement faible par rapport aux autres options dont nous dispositions à savoir la Polycentric, la Géomédic ou la Guépar. Les résultats à moyen terme avec cette PUC ont été décevants. Les mauvais résultats étaient essentiellement dus au taux élevé de descellement et aux décompensations du compartiment opposé.

Introduction

Notre expérience avec la prothèse uni-compartimentale (PUC) de genou a commencé dans les années 70 avec la prothèse Unicondylar Knee (5). A cette époque, c’était probablement le meilleur implant sur le marché. C’était probablement l’implant le plus facile à mettre en place avec un taux de complications relativement faible par rapport aux autres options dont nous dispositions à savoir la Polycentric, la Géomédic ou la Guépar (figure 1). Les résultats à moyen terme avec cette PUC ont été décevants (6). Les mauvais résultats étaient essentiellement dus au taux élevé de descellement et aux décompensations du compartiment opposé. Par ailleurs les résultats étaient aggravés par la mauvaise sélection des patients (polyarthrite rhumatoïde, mise en place de PUC après patellectomie, déformation trop importante, etc), par une mauvaise indication chirurgicale avec des hyper corrections du membre et par des dessins prothétiques qui n’étaient pas optimaux.

Ainsi la revue littérature à l’époque était quelque peu mitigée : certains auteurs décrivaient de mauvais résultats (6, 7, 8) alors que d’autres en montraient de bons (2, 4). A la même période, d’excellents résultats étaient rapportés avec les arthroplasties...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous