En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Syndrome hanche-rachis et luxation de la pTH : implications chirurgicales

Paru dans le numéro N°308 - Novembre 2021
Article consulté 67 fois

Syndrome hanche-rachis et luxation de la pTH : implications chirurgicales

Par Antonino Giulio BATTAGLIA, Luigi ZAGRA dans la catégorie TECHNIQUE
IRCCS Istituto Ortopedico Galeazzi, Hip Department, Milan Italy

La prothèse totale de la hanche (PTH) figure parmi les interventions chirurgicales les plus fréquemment pratiquées à l'échelle internationale. Malgré les excellents résultats obtenus suite à une PTH primaire, les défaillances des implants et les procédures de reprise continuent à mettre à rude épreuve les systèmes de santé et les patients.

Introduction

La prothèse totale de la hanche (PTH) figure parmi les interventions chirurgicales les plus fréquemment pratiquées à l'échelle internationale. Malgré les excellents résultats obtenus suite à une PTH primaire, les défaillances des implants et les procédures de reprise continuent à mettre à rude épreuve les systèmes de santé et les patients. La luxation reste un problème majeur des PTH primaires et de reprise[1]. Plusieurs facteurs de risque ont été évoqués. Depuis quelques décennies, le rôle joué par les relations spino-pelviennes suscite un intérêt croissant et l'évaluation hanche-rachis fait à présent partie intégrante des examens pré-opératoires.[2]

Le taux de luxation postopératoire de la hanche est généralement considéré comme étant faible avec une inclinaison acétabulaire de 45° ± 10° et un angle d'antéversion défini entre 15° ± 10°, selon les zones de Lewinneck. Malgré cela, une luxation de la hanche peut se produire après une PTH même si les implants semblent parfaitement positionnés. Au cours des dernières années, les études portant sur l'influence de l'orientation pelvienne et de la mobilité hanche-rachis sur l'orientation acétabulaire se sont multipliées. L'antéversion acétabulaire évolue simultanément à l'inclinaison pelvienne et remet en question la «...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous