En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Suture du ligament croisé antérieur dans les avulsions proximales fraiches

Paru dans le numéro N°289 - Décembre 2019
Article consulté 353 fois

Suture du ligament croisé antérieur dans les avulsions proximales fraiches

Par Johannes Barth(1), Thais Dutra Vieira(2) et Bertrand Sonnery-Cottet(2) dans la catégorie TECHNIQUE
(1)- Centre ostéo-articulaire des Cèdres, Parc sud galaxie, 5 rue des Tropiques, 38130 Échirolles, France / (2)- Centre Orthopédique Santy, FIFA Medical Centre of Excellence, Hôpital Privé Jean Mermoz, Groupe Ramsay GDS, 69008 Lyon, France

Malgré des résultats initiaux prometteurs sur les réparations à ciel ouvert, une détérioration progressive de ces résultats à moyen terme a conduit à abandonner progressivement ces techniques, d’autant plus que les reconstructions donnaient des résultats plus reproductibles.

Introduction

Malgré des résultats initiaux prometteurs sur les réparations à ciel ouvert, une détérioration progressive de ces résultats à moyen terme a conduit à abandonner progressivement ces techniques, d’autant plus que les reconstructions donnaient des résultats plus reproductibles (1). Comme toujours en orthopédie, les idées suivent des cycles et on constate depuis quelques années un regain d’intérêt pour les techniques de réparation du LCA. Revenons brièvement sur l’historique pour mieux comprendre l’intérêt de ces sutures.

En 1984, le Dr. Pierre Chambat a publié une série de 71 réparations/sutures à ciel ouvert du LCA avec 80 % de cicatrisation elle-même favorisée par un renfort externe ou une augmentation avec une greffe au gracilis (2). Ce même constat a été confirmé par un autre chirurgien de renommée, le Dr Steadman en 1987 (3). Plus tard, en 1991, le Dr. Sherman MF (New York, USA) a démontré que ces réparations donnaient de meilleurs résultats si la rupture du LCA était haute, proximale et proche de son insertion fémorale (4). A l’époque, ces réparations étaient réalisées à ciel ouvert et les patients étaient immobilisés par un plâtre durant 45 jours pour protéger la cicatrisation. Au même moment, dans les années 80, c’est le plein essor des...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous