En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Sécurité et compatibilité de l’imagerie par résonnance magnétique sur une prothèse uni-compartimentale du genou

Paru dans le numéro N°296 - Août / Septembre 2020
Article consulté 170 fois

Sécurité et compatibilité de l’imagerie par résonnance magnétique sur une prothèse uni-compartimentale du genou

Par G. ESTOUR(1), L. BUISSON(1), A. PINAROLI(1), V. MORIN(1), T. VERJUX(1), M. BRANFAUX(1), E. FAVRE(1), P. BOVIER-LAPIERRE(1), X. RIVIERE(2), C. ALEPEE(3) dans la catégorie MISE AU POINT
(1) Chirurgien orthopédiste Hôpital Privé Médipôle de Savoie, Challes les eaux, France - (2) Radiologue Hôpital Privé Médipôle de Savoie, Challes les eaux, France - (3) Ingénieur Directeur Général One Ortho Médical, 69230, St Génis Laval

La prothèse uni-compartimentale (PUC) est un des traitements validés pour l’arthrose uni-compartimentaire du genou. Le nombre de poses augmente dans les pays industrialisés, notamment en rapport avec l’accroissement de l’espérance de vie. Par conséquent, les reprises chirurgicales pour ce type d’intervention vont suivre la même évolution.

Introduction

La prothèse uni-compartimentale (PUC) est un des traitements validés pour l’arthrose uni-compartimentaire du genou (1). Le nombre de poses augmente dans les pays industrialisés, notamment en rapport avec l’accroissement de l’espérance de vie. Par conséquent, les reprises chirurgicales pour ce type d’intervention vont suivre la même évolution.

Un des critères qui valide le succès de la chirurgie de reprise est la compréhension de l’étiologie de la douleur (2).

De nombreuses causes peuvent expliquer des douleurs sur une PUC. Lors du bilan de cette douleur, il est réalisé un examen clinique, un examen radiologique et un bilan biologique.

Les radiographies standards sont les premiers examens radiologiques réalisés, mais elles ne permettent pas toujours de trouver la cause de ces douleurs (3).

Actuellement l’IRM étant un examen de choix pour l’analyse des parties molles d’un genou non opéré, cet examen peut se révéler tout aussi intéressant sur l’analyse d’un genou douloureux avec une prothèse unicompartimentale.

L’ IRM devient potentiellement un outil diagnostique important pour le démembrement des douleurs des genoux prothèsés.

En parallèle de cette notion clinique, la vigilance sanitaire s’interroge, par la matériovigilance des dispositifs médicaux, sur les impacts...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous