En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Rupture chronique du tendon rotulien sur genou natif : reconstruction par autogreffe tendineuse aux ischio-jambiers

Paru dans le numéro N° 316 - Août / Septembre 2022
Article consulté 204 fois

Rupture chronique du tendon rotulien sur genou natif : reconstruction par autogreffe tendineuse aux ischio-jambiers

Par Simon PELLETIER, Aida ORCE, Jordan OVIGUE, Nicolas BOUGUENNEC, Nicolas GRAVELEAU dans la catégorie TECHNIQUE
Clinique du sport de Bordeaux-Mérignac, 4 Rue Georges Nègrevergne, 33700 Mérignac, France [email protected]

La rupture du tendon rotulien est une entité rare et survenant le plus souvent chez un patient masculin de moins de 40 ans. C’est la cause la moins fréquente de rupture de l’appareil extenseur derrière la rupture de tendon quadricipital et la fracture de rotule. Elle peut survenir dans différents contextes allant de la rupture traumatique chez le sportif à la rupture sur PTG.

Introduction

La rupture du tendon rotulien est une entité rare et survenant le plus souvent chez un patient masculin de moins de 40 ans. C’est la cause la moins fréquente de rupture de l’appareil extenseur derrière la rupture de tendon quadricipital et la fracture de rotule. Elle peut survenir dans différents contextes allant de la rupture traumatique chez le sportif à la rupture sur PTG.

Son diagnostic se fait à l’interrogatoire et cliniquement d’une part, associant un mécanisme habituel (hyperflexion ou extension active contre résistance trop importante), une dépression sous rotulienne et un déficit d’extension active de la jambe, et sur l’imagerie d’autre part par échographie et/ou IRM.

Le traitement de choix de ces ruptures est chirurgical avec une suture en urgence du tendon rompu associée ou non à un renfort, que celui-ci soit réalisé par une autogreffe ou un matériel synthétique. La technique utilisée dépend des habitudes de l’équipe chirurgicale, de la qualité des tissus touchés et du matériel disponible, qu’il soit organique ou synthétique.

Quelle que soit la technique utilisée, cette pris en charge en aigu donne dans la littérature de meilleurs résultats fonctionnels et cliniques qu’une prise en charge plus tardive au stade chronique.

Il est donc rare de prendre en...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous