En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Retour d’expérience sur les reprises de prothèses totales de genou avec manchon métaphysaire

Paru dans le numéro N°277 - Octobre 2018
Article consulté 116 fois

Retour d’expérience sur les reprises de prothèses totales de genou avec manchon métaphysaire

Par Dorik Passeron, Simon Marmor dans la catégorie ACTUALITÉ
Service de Chirurgie Orthopédique, Groupe hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon. Paris.

Le nombre d’arthroplasties par prothèse totale de genou est en pleine expansion, avec des chiffres estimés à plus de 250000 par an aux états-Unis en 2030 et une croissance de 673 %. Le nombre de reprises de prothèses de genou va donc en corrélation croitre, pour des raisons mécaniques ou infectieuses.

Introduction

Le nombre d’arthroplasties par prothèse totale de genou est en pleine expansion, avec des chiffres estimés à plus de 250000 par an aux états-Unis en 2030 et une croissance de 673 % (1). Le nombre de reprises de prothèses de genou va donc en corrélation croitre, pour des raisons mécaniques ou infectieuses.

La difficulté dans les reprises est la gestion du stock osseux et la recherche de zones d’appui. En l’occurrence, 3 zones sont possibles en reprise : la zone épiphysaire, souvent déficiente ; la zone métaphysaire, qui va être notre principale zone d’appui, et la zone diaphysaire, qui peut poser des problèmes d’escalade thérapeutique (figure 1) (2).

Figure 1 : Les 3 zones d’appui en cas de reprise de PTG (D’après Morgan Jones JBJS 2015 (2)).

 

En cas de défect osseux important, plusieurs options ont été explorées :

- La reconstruction par allogreffe présente un risque d’échec allant jusqu’à 33% à 5 ans de recul (3), mais avec des résultats qui peuvent être meilleurs dans certaines publications (4). Cette technique est cependant difficile et peu reproductible (5).

- L’ajout de cales et l’utilisation de quilles plus ou moins décalées et plus ou moins longues est plus classique (6)(7). Les quilles peuvent être cimentées, mais exposent à des difficultés d’extraction...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous