En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Résultats d’une série historique à plus de 25 ans de la prothèse CORAIL® et analyse des registres

Paru dans le numéro N°284 - Mai 2019
Article consulté 368 fois

Résultats d’une série historique à plus de 25 ans de la prothèse CORAIL® et analyse des registres

Par Laurent Jacquot (1,2), Alain Machenaud (1,2), Julien Chouteau (1,2), Hugo Bothorel (3), Jean-Pierre Vidalain (1,2) et le groupe ARTRO dans la catégorie MISE AU POINT
1. Artro Institute, La Boiserie, 8, rue du Pont de Thé, 74940 Annecy Le Vieux, France / 2. Clinique d’Argonay, Ramsay Générale de santé, 685 route de Menthonnex, 74370, Argonay, France / 3. ReSurg SA, Chemin de la Vuarpillière 35, 1260 Nyon, Switzerland 

La prothèse Corail est née en 1985, il y a plus de 30 ans. La première tige a été implantée en août 1986 marquant le début d’une fantastique odyssée. Alors que la plupart des prothèses sont éponymes de leur chirurgien designer ou ville de naissance, la prothèse conçue par « ARTRO », un groupe de chirurgiens Lyonnais a été baptisée Corail, au sein d’une gamme d’implants de hanche de première intention et de révision.

Introduction

La prothèse Corail est née en 1985, il y a plus de 30 ans. La première tige a été implantée en août 1986 marquant le début d’une fantastique odyssée. Alors que la plupart des prothèses sont éponymes de leur chirurgien designer ou ville de naissance, la prothèse conçue par « ARTRO », un groupe de chirurgiens Lyonnais a été baptisée Corail, au sein d’une gamme d’implants de hanche de première intention et de révision. Le seul point n’ayant pas fait l’unanimité dans le groupe concernait l’apport ou non d’une collerette, ce qui a débouché sur 2 gammes (avec et sans collerette) permettant de présenter les résultats avec plus de 30 ans de recul de ces 2 options.

La « demoiselle blanche », comme elle est surnommée dans certains pays, présentait un concept unique, suscitant à l’époque l’intérêt de nombreux prophètes alarmistes. A cette époque, les techniques de cimentation, ainsi que l’implantation « Fit and Fill » des prothèses sans ciment, ne se souciaient pas de sacrifier l’os spongieux. La tige Corail combinée à un ancillaire spécifique compactant l’os spongieux inaugure le concept de préservation osseuse.

Afin d’assurer une stabilité et une ostéo-intégration complète, la tige Corail, de forme quadrangulaire avec un système de double rainurage horizontal et vertical,...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous