En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Résultat à cinq ans d'un cotyle à armature souple : le cotyle CLS

Paru dans le numéro N°45 - Juin 1995
Article consulté 2246 fois

Résultat à cinq ans d'un cotyle à armature souple : le cotyle CLS

Par H. Connes G. Lamolinerie dans la catégorie SYNTHÈSE - MISE AU POINT
Clinique Saint-Come - 12100 Millau

Différent par son dessin, par ses formes géométriques de tous les autres cotyles sans ciment, le cotyle CLS est l'un des premiers à répondre à la principale caractéristique biomécanique du cotyle osseux : la mobilité.
Posé depuis plus de dix ans par Lorenzo Spotorno, la principale originalité du cotyle CLS est la souplesse de son armature titane.
Entre cette armature souple et la tête fémorale, seul reste interposé le noyau en polyéthylène.

 Différent par son dessin, par ses formes géométriques de tous les autres cotyles sans ciment, le cotyle CLS est l'un des premiers à répondre à la principale caractéristique biomécanique du cotyle osseux : la mobilité.
Posé depuis plus de dix ans par Lorenzo Spotorno, la principale originalité du cotyle CLS est la souplesse de son armature titane.

Entre cette armature souple et la tête fémorale, seul reste interposé le noyau en polyéthylène.
Le cotyle CLS peut ainsi mieux s'adapter aux différents mouvements du cotyle osseux lors des mises en charge successives de l'articulation.

Par sa conception, il devrait donc favoriser une transmission plus harmonieuse des contraintes entre la tête fémorale et le cotyle osseux.

Nous le posons régulièrement depuis sept ans ; il nous semble nécessaire de faire le bilan de son utilisation, en nous basant sur le suivi de près de six cents cotyles posés et sur l'analyse clinique et surtout radiologique de cent dossiers suivis pendant cinq ans au moins.

I - Justification d'un cotyle à armature souple

I.1 - Le cotyle osseux bouge

Après les études sur la biomécanique du cotyle osseux, Pierre Teinturier et ses collaborateurs considèrent que "le toit du cotyle n'est pas une zone de charge mais une zone de...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous