En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Réflexion sur la théorie de l’Embrochage Centro-Médullaire Elastique Stable (ECMES)

Paru dans le numéro N°278 - Novembre 2018 - Cahier 2
Article consulté 100 fois

Réflexion sur la théorie de l’Embrochage Centro-Médullaire Elastique Stable (ECMES)

Par J.D. METAIZEAU, Delphy DENIS dans la catégorie TECHNIQUE
Service de Chirurgie Orthopédique Infantile CHU Dijon

L’ecmes est régulièrement utilisé pour traiter les fractures des os longs chez l’enfant depuis plus de 40 ans.
Même si la technique a été largement décrite, l’expérience montre que la théorie exacte est souvent mal comprise. C’est pourquoi nous proposons de la réexpliquer, sans rentrer dans les détails de la technique opératoire.

 

L’ecmes est régulièrement utilisé pour traiter les fractures des os longs chez l’enfant depuis plus de 40 ans.

Même si la technique a été largement décrite, l’expérience montre que la théorie exacte est souvent mal comprise. C’est pourquoi nous proposons de la réexpliquer, sans rentrer dans les détails de la technique opératoire.

 

La théorie

L’ECMES est souvent enseigné comme un montage bipolaire. Ceci est vrai en théorie, "in vitro", sur un sawbone par exemple, c’est-à-dire un os seul. Dans ce cas si on le coupe et que l’on veut un montage parfait les 2 broches doivent s’opposer (figure 1).

Figure 1 : Sur un os isolé les 2 broches doivent s’opposées pour un équilibre parfait.

 

Mais dans la réalité, il s’exerce sur l’os des tensions au travers des différents muscles. De plus le traumatisme aura créé en plus de la fracture des lésions des tissus mous. Cela va générer des forces de déformation, certaines vont se soustraire, d’autres s’additionner et il va résulter une force de déformation globale. Cette dernière aura différentes composantes à des degrés variables : du raccourcissement, de la rotation, de la translation, du varus ou du valgus, du flessum ou du recurvatum…

Prenons le cas classique d’une fracture diaphysaire transverse du fémur. La première étape sera bien sûr...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous