En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Reconstruction par cage acétabulaire dans les pertes de substance osseuse acétabulaire sévères et les discontinuités pelviennes

Paru dans le numéro N°291 - Février 2020
Article consulté 457 fois

Reconstruction par cage acétabulaire dans les pertes de substance osseuse acétabulaire sévères et les discontinuités pelviennes

Par C. HIPFL(1), C. PERKA(1), G.I. WASSILEW(2) dans la catégorie TECHNIQUE
(1) Centre de chirurgie musculo-squelettique, service d’orthopédie, Charité Universitaetsmedizin Berlin, Charitéplatz 1, 10117 Berlin, Allemagne - (2) Service d’orthopédie, Universitaetsmedizin Greifswald, Ferdinand-Sauerbruchstraße, 17475 Greifswald, Allemagne

La prise en charge des pertes de substance osseuse acétabulaire sévères dans la reprise de prothèses totales de hanche (PTH) est techniquement complexe. En présence de défauts majeurs de la colonne avec moins de 50 % de contact avec l’os receveur, il n’est pas possible de réaliser une fixation adéquate de l’implant en utilisant uniquement une cupule hémisphérique et des vis.

Introduction

La prise en charge des pertes de substance osseuse acétabulaire sévères dans la reprise de prothèses totales de hanche (PTH) est techniquement complexe. En présence de défauts majeurs de la colonne avec moins de 50 % de contact avec l’os receveur, il n’est pas possible de réaliser une fixation adéquate de l’implant en utilisant uniquement une cupule hémisphérique et des vis. De plus, dans les cas de discontinuité pelvienne (DP), la stabilité inhérente de l’hémipelvis est compromise, ce qui entraîne des micromouvements persistants à travers l’acétabulum et le descellement subséquent de l’implant[1-5]. Ces situations complexes ont traditionnellement été prises en charge en utilisant des cages antiprotrusion ilio-ischiales. Cependant, comme il ne se produit pas de colonisation osseuse vers l’intérieur de la cage, les vis ou les brides finissent par se rompre, ce qui entraîne des taux élevés de défaillance à long terme[6-12].

La reconstruction par cage d’armature acétabulaire (« cup-cage ») s’est imposée comme une option viable pour traiter ces cas de reprise difficiles[13]. Ce montage consiste généralement en un composant acétabulaire en métal trabéculaire (MT) (Zimmer Biomet, Warsaw, Indiana) fixé à l’aide de plusieurs vis et d’une cage antiprotrusion placée...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous