En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Reconstruction du ligament croisé antérieur avec LARS : expérience monocentrique de 2010 à 2017

Paru dans le numéro N°319 - Décembre 2022
Article consulté 128 fois

Reconstruction du ligament croisé antérieur avec LARS : expérience monocentrique de 2010 à 2017

Par Francesco Paolo Santamaria, Damiano Rotasperti, Riccardo Forlin, Alberto Paronzini dans la catégorie TECHNIQUE
ASST Centro Specialistico Ortopedico Traumatologico, Gaetano Pini-CTO, Via Bignami, 1-20126 Milano, Italie

Le ligament croisé antérieur est le ligament le plus blessé du corps humain et sa rupture est l'une des affections les plus courantes du genou. Environ 400 000 reconstructions du LCA sont réalisées chaque année dans le monde.
L'incidence de cette pathologie et donc le nombre de reconstructions sont appelés à augmenter en raison de l'augmentation du nombre d'individus pratiquant une activité sportive.

Introduction

Le ligament croisé antérieur est le ligament le plus blessé du corps humain et sa rupture est l'une des affections les plus courantes du genou. Environ 400 000 reconstructions du LCA sont réalisées chaque année dans le monde. (2)

L'incidence de cette pathologie et donc le nombre de reconstructions sont appelés à augmenter en raison de l'augmentation du nombre d'individus pratiquant une activité sportive.

Face à un patient souffrant d'une lésion du ligament croisé antérieur, une décision doit être prise entre un traitement conservateur ou chirurgical. Des études ont décrit qu'entre 50 et 70 % des patients traités de manière conservatrice ont repris des sports à forte demande fonctionnelle. (3,4)

D'autres études ont au contraire montré des résultats moins satisfaisants par rapport au traitement non chirurgical avec un taux de nouvelles lésions dans l'année d'environ 55% et avec seulement 30% des patients reprenant une activité physique intense. (5,6,7).

Le choix de ne pas reconstruire le LCA doit se fonder non seulement sur le symptôme d'instabilité, mais aussi sur le mode de vie et le niveau d'activité (notamment l'activité sportive avec arrêts brusques et pivotements) de la personne.

Compte tenu de la longue expérience de la reconstruction du ligament croisé...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous