En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Reconstruction Capsulaire Supérieure  avec l’autogreffe de la Longue Portion du Biceps dans les ruptures massives de coiffe

Paru dans le numéro N°299 - Décembre 2020
Article consulté 590 fois

Reconstruction Capsulaire Supérieure avec l’autogreffe de la Longue Portion du Biceps dans les ruptures massives de coiffe

Par Johannes Barth, Achilleas Boutsiadis, Hubert Lenoir, Manuel Olmos, Philippe Delsol, John Swan dans la catégorie TECHNIQUE
Centre ostéo-articulaire des cèdres, 5 rue des tropiques 38130 Echirolles

Le traitement des ruptures massives de la coiffe des rotateurs reste difficile, en raison de facteurs pronostiques péjoratifs comme la rétraction tendineuse, l’infiltration graisseuse des muscles et de l’ascension débutante de la tête humérale qui prédisposent à des taux d’échec élevés après réparation directe.

Le traitement des ruptures massives de la coiffe des rotateurs reste difficile, en raison de facteurs pronostiques péjoratifs comme la rétraction tendineuse, l’infiltration graisseuse des muscles et de l’ascension débutante de la tête humérale qui prédisposent à des taux d’échec élevés après réparation directe2,3,6. Pour éviter le recours à la prothèse inversée sur ces épaules douloureuses et déficitaires mais qui restent fonctionnelles, plusieurs options thérapeutiques ont été proposées : une simple ténotomie du biceps chez les patients plus âgés, une réparation partielle, un patch d’interposition ou d’augmentation, des transferts tendineux, une implantation d’un ballon biodégradable dans l’espace sous-acromial. La littérature internationale n’a prouvé la supériorité d’aucune de ces techniques, et dans certains cas, elle a montré des résultats mitigés, y compris un risque considérable de complications.

En 2013, Mihata et al. ont proposé un nouveau concept en montrant que les patients présentant des ruptures massives et irréparables de la coiffe des rotateurs présentent une perte de stabilité glénohumérale supérieure en raison d’un défaut de la capsule supérieure. Par conséquent, les auteurs ont décrit une reconstruction capsulaire supérieure arthroscopique ([email protected]) utilisant...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous