En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Quelles alternatives à l’alignement mécanique pour les prothèses totales de genou ? De l’alignement anatomique à l’alignement cinématique

Paru dans le numéro N°288 - Novembre 2019 - Cahier 1
Article consulté 51 fois

Quelles alternatives à l’alignement mécanique pour les prothèses totales de genou ? De l’alignement anatomique à l’alignement cinématique

Par Sébastien LUSTIG*, Frederic SAILHAN**, Emmanuel MARCHETTI***, Pascal DUFFIET****, David BENZAQUEN*****, Charles RIVIÈRE****** dans la catégorie TECHNIQUE
* CHU Lyon Croix Rousse, Lyon, - ** Clinique ARAGO, Paris, - *** Médipôle, Lyon Villeurbanne **** Clinique DOMONT, - *****Clinique de l’UNION, Toulouse - ******MSK Lab, Imperial College London, Londres

Historiquement, les conditions optimales pour une prothèse totale de genou étaient un genou prothétique stable avec un membre inférieur normo-axé (180° d’angle fémoro-tibial mécanique), suivant ainsi les règles de l’alignement mécanique (MA pour le « mechanical alignment » des anglo saxons).

Introduction

Historiquement, les conditions optimales pour une prothèse totale de genou étaient un genou prothétique stable avec un membre inférieur normo-axé (180° d’angle fémoro-tibial mécanique), suivant ainsi les règles de l’alignement mécanique (MA pour le « mechanical alignment » des anglo saxons). En effet en réduisant le moment d’adduction du genou, les forces s’appliquant sur les implants prothétiques sont ainsi supposées réduites et mieux réparties entre le compartiment fémoro-tibial médial et latéral, réduisant ainsi le risque potentiel de complications comme l’usure accélérée du polyéthylène et le descellement précoce des implants.

En parallèle, la technique MA vise à aligner frontalement et axialement le composant fémoral avec l’axe trans-épicondylien, longtemps considéré comme étant l’axe de flexion–extension du genou natif, pour créer une interligne articulaire fémoro-tibiale perpendiculaire à l’axe mécanique neutre du membre.

On comprend ainsi que la technique MA d’une PTG ne consiste pas à restaurer l’alignement constitutionnel spécifique du patient, mais plutôt à créer systématiquement un genou prothétique supposé « biomécaniquement avantageux ». Ce concept définit l’approche systématique en arthroplastie du genou visant un positionnement des implants...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous