En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Quel bilan en cas d’instabilité fémoro-patellaire après prothèse totale de genou ?

Paru dans le numéro N°276 - Août/Septembre 2018
Article consulté 199 fois

Quel bilan en cas d’instabilité fémoro-patellaire après prothèse totale de genou ?

Par G. Demey dans la catégorie MISE AU POINT
Lyon Ortho Clinic, 29b avenue des sources, 69009 LYON

L’instabilité fémoro-patellaire après prothèse totale de genou est une cause de reprise chirurgicale avec une incidence allant de 0.5 à 0.8%.
L’instabilité se présente généralement sous la forme d’une subluxation rotulienne plutôt que luxation vraie. L’incidence de l’instabilité fémoro-patellaire en tant que symptôme est probablement largement sous-estimée car sous-diagnostiquée et ne conduisant pas systématiquement à une reprise chirurgicale.

Introduction

L’instabilité fémoro-patellaire après prothèse totale de genou est une cause de reprise chirurgicale avec une incidence allant de 0.5 à 0.8% [1,2].

L’instabilité se présente généralement sous la forme d’une subluxation rotulienne plutôt que luxation vraie. L’incidence de l’instabilité fémoro-patellaire en tant que symptôme est probablement largement sous-estimée car sous-diagnostiquée et ne conduisant pas systématiquement à une reprise chirurgicale.

Au cours des journées Lyonnaises du Genou de 2010, une étude rétrospective multicentrique avait été réalisée au sein du groupe Lyonnais [3]. Parmi 1459 PTG postéro-stabilisées à 3 ans de recul minimum (patients opérés entre 2002 et 2006), 8 instabilités rotuliennes avaient été retrouvées soit un taux de 0.5%. Parmi ces patients, le compte rendu opératoire ne permettait pas de laisser présager une future instabilité, la cinématique étant jugée bonne et stable sans réalisation de section de l’aileron externe. Six de ces patients avaient été réopérés avec des traitement diverses : une reconstruction isolée du ligament fémoro-patellaire médial (MPFL) dans un cas, une ostéotomie de la tubérosité tibiale antérieure (TTA) isolée dans trois cas, un changement du composant fémoral associé à une ostéotomie de la TTA dans un cas...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous