En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Prothèses unicompartimentaires bilatérales en un temps : Technique opératoire et revue systématique de la littérature

Paru dans le numéro N°296 - Août / Septembre 2020
Article consulté 324 fois

Prothèses unicompartimentaires bilatérales en un temps : Technique opératoire et revue systématique de la littérature

Par Nicolas Pujol, Alexandre Abitan, Cyrille Lallemant, Jean-François Taburet, Philippe Boisrenoult, Camille Steltzlen dans la catégorie TECHNIQUE
Centre Hospitalier de Versailles, 177, rue de Versailles, 78157 Le Chesnay, France / mail : [email protected]

La prévalence de la gonarthrose bilatérale est de l’ordre de 5%. Cette tendance augmente avec celle de l’arthrose globale et avec le vieillissement de la population. Parmi les patients présentant une gonarthrose évoluée pour laquelle une arthroplastie est proposée, 20% nécessiteront la même intervention à l’autre genou dans les mois ou années suivant la première intervention.

Introduction

La prévalence de la gonarthrose bilatérale est de l’ordre de 5% [7]. Cette tendance augmente avec celle de l’arthrose globale et avec le vieillissement de la population. Parmi les patients présentant une gonarthrose évoluée pour laquelle une arthroplastie est proposée, 20% nécessiteront la même intervention à l’autre genou dans les mois ou années suivant la première intervention [15, 23]. Il y a alors deux options pour traiter ces patients présentant la même pathologie aux deux genoux : une seule intervention chirurgicale en opérant les deux genoux en même temps, ou deux interventions chirurgicales à deux moments différents.

La littérature est partagée pour ce qui concerne les indications et les rapports coût-bénéfice-risques des prothèses totales de genou (PTG) bilatérales en un temps. Malgré la réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC), l’ambulatoire, une intervention bilatérale simultanée est encore considérée comme potentiellement lourde [8, 10, 13].

Quelques méta-analyses et revues de la littérature récentes ont conclu que les PTG bilatérales et simultanées avaient une morbidité et un taux de complications générales plus important par rapport aux PTG bilatérales réalisées en deux fois, même si l’incidence des infections et les réinterventions...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous