En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Prothèses du genou difficiles de première intention : le genu valgum

Paru dans le numéro N°147 - Octobre 2005
Article consulté 7358 fois

Prothèses du genou difficiles de première intention : le genu valgum "sévère"

Par T. Ait Si Selmi*, G. Deschamps** dans la catégorie CONGRÈS
* Centre Livet, 69300 Caluire - ** Centre Orthopédique Médico Chirurgical, 71640 Dracy le Fort

Parmi les différents sujets abordés à l’occasion de ce cours avancé sur les arthroplasties du genou, nous nous sommes intéressés aux prothèses du genou de première intention difficiles. Le caractère difficile de la mise en place d’une arthroplastie du genou a une définition variable d’un praticien à l’autre et dépend notamment de son expérience. Malgré tout, même pour un chirurgien expérimenté, certaines situations exposent à des difficultés techniques spécifiques.

Médias associés

 

Parmi les différents sujets abordés à l’occasion de ce cours avancé sur les arthroplasties du genou, nous nous sommes intéressés aux prothèses du genou de première intention difficiles. Le caractère difficile de la mise en place d’une arthroplastie du genou a une définition variable d’un praticien à l’autre et dépend notamment de son expérience. Malgré tout, même pour un chirurgien expérimenté, certaines situations exposent à des difficultés techniques spécifiques. C’est le cas, notamment, des prothèses totales du genou sur genu valgum sévère. Gérard Deschamps insiste sur la définition de la sévérité du genu valgum. Contrairement à l’arthrose fémoro-tibiale interne sur genu varum, dont la physio-pathologie est relativement univoque et repose sur une déformation essentiellement dans le plan frontal ; les mécanismes qui président à l’arthrose fémoro-tibial externe, donc sa prise en charge, sont plus complexes.

Une des difficultés d’analyse de la déformation en valgus repose sur la relative rareté de cette déformation par rapport aux déformations en varus, donc du manque de données convergentes permettant d’aboutir à un consensus sur leur prise en charge. La variété de ces déformations rend aussi leur...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous