En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Prothèse totale de hanche à double mobilité et chirurgie mini invasive

Paru dans le numéro N°173 - Avril 2008
Article consulté 13343 fois

Prothèse totale de hanche à double mobilité et chirurgie mini invasive

Par A. Fiquet*, D. Noyer** dans la catégorie TECHNIQUE
* Clinique Protestante de Lyon, 1 Chemin du Penthod – 69300 CALUIRE ET CUIRE ** «Le caducée», 93 rue de la Libération – 38300 BOURGOIN JALLIEU

La prothèse totale de hanche à double mobilité est de plus en plus utilisée notamment en France. C’est une prothèse qui est posée depuis 1977 dans la région Rhône-Alpes dont nous sommes issus, d’après un principe imaginé par G. Bousquet.
Ce type de prothèse est utilisé depuis 16 ans pour la tige (A. Fiquet) et 30 ans pour le cotyle (D. Noyer) avec d’excellents résultats cliniques.

Introduction

La prothèse totale de hanche à double mobilité est de plus en plus utilisée notamment en France. C’est une prothèse qui est posée depuis 1977 dans la région Rhône-Alpes dont nous sommes issus, d’après un principe imaginé par G. Bousquet.

Ce type de prothèse est utilisé depuis 16 ans pour la tige (A. Fiquet) et 30 ans pour le cotyle (D. Noyer) avec d’excellents résultats cliniques.

Nous la  posons toujours par voie postéro externe classique, mais nous avons été confrontés récemment à la mode de la mini-incision.

Suivant l’exemple de J.L. Lerat nous nous sommes toujours efforcés de réduire la taille des incisions cutanées si bien que naturellement cette nouvelle mode nous a incité à faire de véritables mini-incisions  postéro-externes.

Nous présentons ici notre expérience depuis 2002 de l’utilisation d’une mini-incision (ouverture entre 5 et 10 cm) dans la pose des prothèses à double mobilité.

 

Matériel & Méthode

Les patients

De 2002 à 2007,  920  patients ont été opérés selon cette technique. L’un d’entre nous a commencé la CMI à partir de 2004.
Il y a en proportion 2 femmes pour 1 homme.
L’indication était 700 lésions dégénératives de la hanche (coxarthroses pour l’essentiel, ostéonécrose...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous