En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°220 - Janvier 2013
Article consulté 10557 fois

Problématique du rayonnement ionisant au bloc opératoire : définition, réglementation et mesures de prévention

Par Laurent GALOIS, Jean-Manuel POIRCUITTE, Arnaud NESPOLA, Didier MAINARD dans la catégorie TABLE RONDE
Hôpital Central CHU de Nancy - 29 av de Lattre de Tassigny 54000 NANCY - [email protected]

Au bloc opératoire de chirurgie orthopédique et traumatologique, le personnel est confronté au risque d’exposition externe aux rayonnements ionisants (RI). La radiologie interventionnelle et/ou la radiographie sont en plein développement notamment avec les techniques d’ostéosynthèse à foyer fermé et plus récemment avec le développement de la chirurgie dite mini-invasive en traumatologie (1). Longtemps négligé ou sous-estimé par les chirurgiens (2), ce risque d’exposition aux RI existe bel et bien et doit être connu de tous et toutes afin de mettre en œuvre une véritable stratégie de maîtrise du risque collective et individuelle.

1 Les radiations ionisantes

Les rayonnements ionisants sont des rayonnements composés de photons ou de particules chargés en énergie, capables d’engendrer la formation d’ions directement ou indirectement. L’intensité (mA) (nombre d’électrons émis par la cathode et donc nombre de photons composant le faisceau) définit la quantité de rayons X alors que l’énergie (kV) définit la qualité des rayons X. Une diminution de l’intensité (mA) réduit la quantité de rayons X ce qui détériore la qualité de l’image. Les appareils de fluoroscopie (Fig. 1) avec intensification d’image permettent de transformer...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous