En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Prise en charge lors d'attentat de blessés des membres par armes de guerre et par explosion

Paru dans le numéro N°266 - Août/Septembre 2017
Article consulté 269 fois

Prise en charge lors d'attentat de blessés des membres par armes de guerre et par explosion

Par Sylvain Rigal dans la catégorie ACTUALITÉ
Titulaire de la chaire de chirurgie del'Ecole du Val-de-Grâce. Hôpital d'Instruction des armées Percy Clamart.

Les unes de la presse le 14 Novembre 2015 n'avaient pas peur des mots.C'était "La guerre" en plein Paris titrait le Figaro. Pour le Sud ouest "La France était en guerre". Depuis le début 2016, plus de 25 attentats terroristes ont eu lieu en Europe dont 5 par arme de guerre ou explosifs. Ces attentats ont amené les lésions de guerre au cœur même des villes européennes.

Les unes de la presse le 14 Novembre 2015 n'avaient pas peur des mots.C'était "La guerre" en plein Paris titrait le Figaro. Pour le Sud ouest "La France était en guerre". Depuis le début 2016, plus de 25 attentats terroristes ont eu lieu en Europe dont 5 par arme de guerre ou explosifs. Ces attentats ont amené les lésions de guerre au coeur même des villes européennes.

 

Exist-il des spécificités à la prise en charge hospitalière lors d'attentat ?

La totale liberté de choix dans l'horaire et le lieu de l'action terroriste, par attaque suicide, garantit habituellement des pertes massives. La proximité des explosions, qui ont lieu dans les endroits les plus passants des grandes villes, ramène le "point zéro" au plus proche des portes d'entrée de la structure hospitalière. Une des premières conséquences est de diminuer le délai d'arrivée des premiers blessés dans la structure d'accueil. Les blessés les plus graves ne sont pas nécessairement les premier à arriver au traige, les éclopés arrivant en premier par leur propre moyens, sans mise en condition préalable, augmentent la charge de travail des personnels d'urgence. Il en résulte un engorgement de la structure de triage et de déchoquage par des blessés présentant des tableaux lésionnels correspondant à des urgences relatives...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous