En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Prise en charge chirurgicale de la rupture de l’appareil extenseur avec une PTG

Paru dans le numéro N°301 - Février 2021
Article consulté 794 fois

Prise en charge chirurgicale de la rupture de l’appareil extenseur avec une PTG

Par Nicolaas C. Budhiparama*, Sébastien Parratte, Michel Bonin, Sébastien Lustig dans la catégorie TECHNIQUE
* Nicolaas Institute of Constructive Orthopedic Research and Education Foundation, Jakarta, Indonésie

La rupture de l'appareil extenseur est rare (< 1 % des patients) mais constitue l'une des complications les plus graves après la mise en place d'une PTG. Elle se manifeste généralement après une intervention réalisée dans des conditions chroniques (tissus dégénératifs).

Introduction

La rupture de l'appareil extenseur est rare (< 1 % des patients) mais constitue l'une des complications les plus graves après la mise en place d'une PTG [1]. Elle se manifeste généralement après une intervention réalisée dans des conditions chroniques (tissus dégénératifs). Bien que moins fréquentes, des lésions aiguës peuvent survenir, généralement lors de l'exposition peropératoire d'un genou raide ou pendant la période post-opératoire (chute d'un patient ayant un genou en hyper flexion). Une classification a été définie pour les lésions de l'appareil extenseur (supra-patellaire, patellaire et infra-patellaire). La dernière catégorie reste la plus problématique à prendre en charge. La rupture du tendon distal et l'avulsion de la tubérosité tibiale constituent également les formes les plus courantes de lésions de l'appareil extenseur.

Les lésions de l'appareil extenseur peuvent être prises en charge par un traitement conservateur, une réparation et/ou une reconstruction ou une arthrodèse. Les traitements conservateurs assortis d'une immobilisation avec une attelle ou un plâtre sont uniquement réservés aux patients pour lesquels une intervention chirurgicale est contre-indiquée en raison du risque élevé de déficiences et de morbidité. L'intervention chirurgicale...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous