En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Principe et intérêts de la navigation de la trochlée dans l’équilibre ligamentaire d’une PTG

Paru dans le numéro N°296 - Août / Septembre 2020
Article consulté 54 fois

Principe et intérêts de la navigation de la trochlée dans l’équilibre ligamentaire d’une PTG

Par Philippe Piriou (1), Etienne Peronne (2) dans la catégorie MISE AU POINT
(1) CMC Ambroise Paré - Neuilly sur seine / mail : [email protected] - (2) Hôpital privé la châtaigneraie, rue de la châtaigneraie - Beaumont 63110 / mail: [email protected]

Le positionnement rotatoire de la pièce fémorale lors de la réalisation d’une arthroplastie totale de genou est un élément important de la technique opératoire et reste un sujet discuté dans la littérature. Les enjeux de ce positionnement sont importants car il conditionne le résultat anatomique par sa répercussion sur l’espace en flexion, ainsi que le résultat clinique...

Introduction

Le positionnement rotatoire de la pièce fémorale lors de la réalisation d’une arthroplastie totale de genou est un élément important de la technique opératoire et reste un sujet discuté dans la littérature (1). Les enjeux de ce positionnement sont importants car il conditionne le résultat anatomique par sa répercussion sur l’espace en flexion, ainsi que le résultat clinique essentiellement par son retentissement sur l’alignement fémoro-patellaire (2-3). La littérature fait état de nombreuses méthodes pour réaliser ce positionnement rotatoire mais aucune d’entre elles n’apporte une précision satisfaisante (4). Le repérage per opératoire de l’axe trans-épicondylien, visuellement ou par navigation, n’est pas fiable ni reproductible (5-7). Le réglage empirique à 3° de rotation externe, n’est pas adapté à la variabilité individuelle des genoux opérés. En effet l’angle formé par l’axe bi-condylien postérieur et l’axe trans-épicondylien (angle bi-condylien postérieur ou angle alpha) est sujet à d’importantes variations individuelles (8-10). Les techniques réglant de façon « automatique » la rotation par un tenseur n’ont pas fait non plus la preuve de leur supériorité.

Les auteurs proposent une technique innovante, utilisant la navigation de la trochlée, afin de...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous