En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Prévention des luxations de la hanche : la voie d'abord postérieure avec barrette trochantérienne

Paru dans le numéro N°54 - Mai 1996
Article consulté 2294 fois

Prévention des luxations de la hanche : la voie d'abord postérieure avec barrette trochantérienne

Par A. Dambreville dans la catégorie TRIBUNE
Clinique Saint Michel - Quimper

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'article de Meyrueis sur les luxations de prothèse totale de la hanche et sa réponse aux commentaires de Cazeneuve. J'ai tout comme eux cherché à supprimer cette complication et changé plusieurs fois de voie d'abord : dans une étude d'une série homogène de 863 prothèses totales de hanche présentée à la SOFCOT 1992, nous avions 7,3% de luxations par voie postérieure de Moore, 4,1% par voie de Hardinge et 2,6% par voie postérieure avec barrette trochantérienne.

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt l'article de Meyrueis sur les luxations de prothèse totale de la hanche et sa réponse aux commentaires de Cazeneuve. J'ai tout comme eux cherché à supprimer cette complication et changé plusieurs fois de voie d'abord : dans une étude d'une série homogène de 863 prothèses totales de hanche présentée à la SOFCOT 1992, nous avions 7,3% de luxations par voie postérieure de Moore, 4,1% par voie de Hardinge et 2,6% par voie postérieure avec barrette trochantérienne.

Comme l'a décrit Meyrueis, les luxations postérieures ne sont pas toujours liées à un défaut de positionnement des pièces prothétiques. Pascarel avait bien individualisé trois causes : le défaut de positionnement, le relâchement musculaire et la luxation accidentelle par flexion, adduction et rotation interne excessives dans les semaines qui suivent l'intervention. Nous réalisons des scanners systématiques après luxation, afin de déterminer avec précision l'antéversion du cotyle et l'antéversion du fémur par rapport à l'axe bicondylien. Nous n'avons pas trouvé de défaut de positionnement important dans les 10 cas explorés. Si le bon positionnement des pièces prothétiques est nécessaire pour une transmission harmonieuse des charges, il ne met pas...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous