En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Planification et Navigation des Prothèses Totales d’Epaule

Paru dans le numéro N°271 - Février 2018
Article consulté 558 fois

Planification et Navigation des Prothèses Totales d’Epaule

Par Pierre-Henri Flurin dans la catégorie ACTUALITÉ
Clinique du Sport Bordeaux-Mérignac

Le résultat clinique d’une prothèse totale d’épaule (PTE) anatomique dépend de la qualité de restitution de l’anatomie du patient qui conditionne l’équilibre des parties molles et le bon centrage biomécanique de l’implant. La longévité de ces implants dépend aussi de la bonne orientation des pièces prothétiques qui conditionne l’équilibre des contraintes s’exerçant sur les implants et leur fixation osseuse.

Introduction

Le résultat clinique d’une prothèse totale d’épaule (PTE) anatomique dépend de la qualité de restitution de l’anatomie du patient qui conditionne l’équilibre des parties molles et le bon centrage biomécanique de l’implant. La longévité de ces implants dépend aussi de la bonne orientation des pièces prothétiques qui conditionne l’équilibre des contraintes s’exerçant sur les implants et leur fixation osseuse [1-3].

Les prothèses inversées doivent obéir à la même rigueur de pose pour optimiser la récupération des mobilités mais aussi limiter le risque d’instabilité de l’implant. Le taux d’encoche scapulaire a été clairement décrit comme dépendant à la fois du type d’implant mais aussi de son positionnement [4,5].

Cette exigence de pose des implants prothétiques d’épaule est confrontée à la difficulté technique de mise en place, liée d’une part à un accès limité lors de la voie d’abord chirurgicale, mais surtout à une appréciation partielle et difficile des axes anatomiques et mécaniques de l’articulation en per-opératoire. Lors de l’intervention, l’opérateur ne dispose comme repères visuels que de la surface articulaire de la glène et de la base de l’apophyse coracoïde, et des repères palpatoires du pilier de l’omoplate et du bord antérieur de la glène. Ces éléments...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous