En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Plaie infection et cicatrisation

Paru dans le numéro N°94 - Mai 2000
Article consulté 2112 fois

Plaie infection et cicatrisation

Par A.C. Masquelet dans la catégorie HISTOIRE
Hôpital Avicenne - Université Paris XIII - 93 Bobigny

En dépit de l'antibiothérapie préventive et curative et de la fiabilité des techniques chirugicales, l'infection d'une plaie opératoire et à fortiori d'une blessure demeure la préoccupation centrale des chirurgiens. La relation qui unit les trois termes de l'intitulé de cet article est longtemps restée mystérieuse.

 

En dépit de l'antibiothérapie préventive et curative et de la fiabilité des techniques chirugicales, l'infection d'une plaie opératoire et à fortiori d'une blessure demeure la préoccupation centrale des chirurgiens. La relation qui unit les trois termes de l'intitulé de cet article est longtemps restée mystérieuse. Il s'agit en fait d'une très ancienne question à laquelle chaque époque a donné une réponse en fonction de son arsenal conceptuel et technique. Les progrès considérables accomplis à la fin du XIXème siècle (Lister, Pasteur) et au XXème siècle (antibiothérapie) ont été décisifs. Mais toute avancée importante peut, en faisant reconsidérer un problème, induire un recul transitoire par l'oubli ou la négligence des principes élémentaires dont la validité demeure intacte en dépit du caractère indiscutable du progrès. Nous allons le constater à plusieurs reprises par un survol historique dans le domaine crucial du traitement des plaies traumatiques confrontées à la redoutable menace de l'infection.
 

Dans l'antiquité et jusqu'au Moyen Age, le caractère bénéfique et louable de la suppuration dans le processus de cicatrisation relevait de l'observation empirique. On verra que le Moyen Age chirurgical remit en question le dogme...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous