En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Pierre-JOSEPH DESAULT -

Paru dans le numéro N°307 - Octobre 2021
Article consulté 66 fois

Pierre-JOSEPH DESAULT - "Je crains sa mort, que tant d’autres espèrent peut-être."

Par Michel-Marc Gentilhomme dans la catégorie HISTOIRE

Sous ce soleil du 30 mai, Paris sort doucement de sa torpeur hivernale. On entend, par les fenêtres ouvertes les ménagères qui houspillent leurs enfants, les bruits familiers des artisans, qui se sont installés sur leur pas de porte pour y profiter du soleil et de la fraicheur relative. Sous les ponts s’écoule la Seine éternelle.

Sous ce soleil du 30 mai, Paris sort doucement de sa torpeur hivernale. On entend, par les fenêtres ouvertes les ménagères qui houspillent leurs enfants, les bruits familiers des artisans, qui se sont installés sur leur pas de porte pour y profiter du soleil et de la fraicheur relative. Sous les ponts s’écoule la Seine éternelle. Ce spectacle enchanteur qu’il apprécie tant lorsqu’il rentre chez lui, ne dissipe ni la colère ni l’infinie tristesse de cet homme que l’on dit bourru, mais bienveillant, qui comprend qu’on l’a mandé pour donner ses soins au jeune enfant, le sachant déjà condamné.

Pierre-Joseph Desault (Figure 1) usé par une vie de labeur et les fracas de la révolution va mourir demain, Louis XVII le suivra de quelques jours dans la tombe.

Fig. 1: Portrait de Pierre-Joseph Desaultd’après Franz Peter Kymli

 

Ce grand homme, chirurgien à l’Hôtel-Dieu n’a pas marqué la mémoire populaire, qui lui doit pourtant la formation d’une génération qui donnera ses lettres de noblesse à la chirurgie Française. Xavier Bichat, Dominique-Jean Larrey, Guillaume Dupuytren, Pierre-François Percy, Joseph Récamier,  Jacques Lisfranc… qui vont hisser pendant le siècle à venir, la chirurgie française au premier plan de l’excellence mondiale (Figure 2).

Fig. 2: Chronologie des chirurgiens...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous