En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Pathologie de l’articulation Sacro-iliaque : étude clinique et résultats préliminaires de l’arthrodèse

Paru dans le numéro N°313 - Avril 2022
Article consulté 98 fois

Pathologie de l’articulation Sacro-iliaque : étude clinique et résultats préliminaires de l’arthrodèse

Par Gilles Voydeville, Eliane Albuisson dans la catégorie MISE AU POINT
Clinique Saint André, 102 Avenue Jean Jaurès, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy / [email protected]

La pathologie sacro-iliaque est mal connue.
On apprend qu’elle fait mal à la fesse et qu’il faut manipuler le bassin pour l’authentifier. La multiplicité des manœuvres ne convainc pas de la facilité du diagnostic.

La pathologie sacro-iliaque est mal connue.

On apprend qu’elle fait mal à la fesse et qu’il faut manipuler le bassin pour l’authentifier. La multiplicité des manœuvres ne convainc pas de la facilité du diagnostic.

Quant à l’origine du mal, on l’attribue plutôt au rhumatisme ou à l’accouchement, rarement au traumatisme ou à la chirurgie.

Son expression est complexe. Elle permet de l’ignorer ou de la confondre. On appelait la grossesse extra utérine la Grande Simulatrice. On pourrait surnommer la sacro-iliaque, la Grande Inconnue car elle partage son expression clinique avec des pathologies lombaire, du coccyx, de la hanche et du pelvis.

L’absence d’identification de cette pathologie par les techniques radiologiques habituelles n’en facilite pas le diagnostic.

 

L’anamnèse 

La patientèle qui consulte pour une douleur sacro iliaque ne vient pas avec le diagnostic. Elle a déjà consulté de nombreux médecins mais elle continue de souffrir. La lombalgie et la sciatique sont les deux mots choisis pour décrire la douleur, c’est dire s’ils peuvent recouvrir des pathologies diverses. Les examens complémentaires (scanner, IRM, EMG) sont négatifs.

S’il y a eu opération, elle a donné un résultat partiel ou mauvais, et la rééducation est toujours en cours. L’ostéopathe est apprécié car lui...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous