En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°319 - Décembre 2022
Article consulté 152 fois

Ostéotomie tibiale vs arthroplastie unicompartimentale : clairement pas deux traitements pour la même indication !

Par Peter Buschner(1), Christian Benignus(2), Malin Kristin Meier(3), Johannes Beckmann(1) dans la catégorie MISE AU POINT
(1) Service d'orthopédie et de traumatologie, Hôpital Barmherzige Brüder de Munich, Romanstr. 93, 80639 Munich - (2) Service de traumatologie et de chirurgie orthopédique, Hôpital Ludwigsburg, Posilipostr. 4, 71640 Ludwigsburg - (3) Inselspital, Hôpital universitaire de Berne, Université de Berne, Freiburgstr. 4, 3010 Berne, Suisse

L'ostéotomie du tibia (HTO) et l'implantation d'une arthroplastie unicondylienne médiale du genou (UKA) sont très populaires dans l'arthropathie symptomatique du genou médial et donnent de bons résultats de manière fiable - à condition que l'indication et l'application soient correctes. L'arthrose de l'articulation médiale du genou est dix fois plus fréquente que son homologue latérale.

Introduction

L'ostéotomie du tibia (HTO) et l'implantation d'une arthroplastie unicondylienne médiale du genou (UKA) sont très populaires dans l'arthropathie symptomatique du genou médial et donnent de bons résultats de manière fiable - à condition que l'indication et l'application soient correctes. L'arthrose de l'articulation médiale du genou est dix fois plus fréquente que son homologue latérale. Il est connu qu'une déformation constitutionnelle en varus du tibia entraîne une progression plus rapide du développtement de l'arthrose en cas de lésion du cartilage que dans le collectif comparatif avec des rapports d'axe physiologiques, de sorte qu'une correction de l'axe peut contrer ce processus [1, 2]. Les deux procédures ont leurs indications respectives et indépendantes, et la décision d'utiliser l'une ou l'autre est soumise à des conditions préalables claires. Les chevauchements d'indications sont rares et doivent être pesés les uns par rapport aux autres, des critères tels que l'âge du patient, sa constitution, les circonstances de la vie et l'expertise du chirurgien jouant un rôle. En outre, toutes deux ne sont pas des solutions intermédiaires sur la voie de l'arthroplastie totale, mais des procédures présentant d'excellents résultats à long terme dans leurs domaines...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous