En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Ostéonécrose de la tête fémorale avant le stade de prothèse

Paru dans le numéro N°72 - Mars 1998
Article consulté 25240 fois

Ostéonécrose de la tête fémorale avant le stade de prothèse

Par Ph. Hernigou dans la catégorie SYNTHÈSE - MISE AU POINT
Hôpital Henri Mondor - Creteil

Maladie invalidante, touchant un adulte en général encore jeune et en pleine activité, la nécrose de hanche reste une affection très handicapante. Aux confins de la médecine et de la chirurgie, son traitement ne peut se concevoir qu’en fonction de sa pathogénie, de l’évolution spontanée et des possibilités thérapeutiques en fonction du stade d’évolution, au mieux apprécié par les examens complémentaires.

 

Maladie invalidante, touchant un adulte en général encore jeune et en pleine activité, la nécrose de hanche reste une affection très handicapante. Aux confins de la médecine et de la chirurgie, son traitement ne peut se concevoir qu’en fonction de sa pathogénie, de l’évolution spontanée et des possibilités thérapeutiques en fonction du stade d’évolution, au mieux apprécié par les examens complémentaires.
L’ostéonécrose peut se définir comme la mort cellulaire des différents composants de l’os, c’est-à-dire le tissu osseux mais aussi la moelle osseuse. Ce n’est pas une maladie spécifique, mais c’est habituellement l’aboutissement de diverses conditions pathologiques dont la plupart ont altéré la circulation sanguine dans la tête fémorale, ce qui explique le terme fréquemment employé de nécrose avasculaire.

Mécanisme de la nécrose de hanche en fonction des étiologies

D’un point de vue étiologique, le traumatisme étant exclu, les principales étiologies sont la corticothérapie, la drépanocytose et l’oenolisme.

L’incidence élevée des nécroses avasculaires chez les patients recevant une thérapeutique par corticoïdes est bien établie. Même les patients recevant des corticoïdes à haute dose pendant une courte...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous