En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Ollier : Le père de la chirurgie ostéo-articulaire et réparatrice (1830-1900) Traité expérimental et clinique de la régénération des os.

Paru dans le numéro N°47 - Octobre 1995
Article consulté 2396 fois

Ollier : Le père de la chirurgie ostéo-articulaire et réparatrice (1830-1900) Traité expérimental et clinique de la régénération des os.

Par L.P. Fischer*, M.H. Fessy*, J. Bejus*, H. Chavane*, P. Papin**, J.C. Chatelet**, G. Eyraud*** dans la catégorie HISTOIRE
* Lyon - ** Ambérieu - *** Roussillon

Un des pères pionniers de la chirurgie ostéo-articulaire, Ollier mérite le nom de "Père Fondateur de la Chirurgie Osseuse et Articulaire" car il consacra sa vie chirurgicale uniquement à la chirurgie de l'appareil locomoteur, des articulations, des membres en particulier, après ses études expérimentales sur le périoste, et à la chirurgie réparatrice des parties molles de la face, et créa même un type de greffes cutanées. Le premier, il revendiqua le bien-fondé d'une spécialisation de chirurgie osseuse ; en particulier il le répéta solennellement dans le discours du congrès français de chirurgie en 1867. Il est considéré par les spécialistes de médecine expérimentale comme le "père de la chirurgie expérimentale".

Ollier naît aux Vans (Ardèche), famille originaire de Malzieu en Lozère (nom primitif avec un seul L, au départ Olier de Verneuil) fils et petit-fils de médecin, se passionna d'abord pour la botanique à Montpellier. Pendant ses études de médecine à la célèbre Faculté, il fut nommé préparateur et chargé d'une partie du cours de botanique dans le célèbre jardin de la Faculté de Montpellier (1849). Peut-être considéra-t-il, avec beaucoup d'attention, l'écorce de certains arbres, avant de rêver au périoste...

Nommé Premier au cours de l'internat des hôpitaux de Lyon en 1851, il revint à Montpellier pour sa thèse ("Recherches anatomo-pathologiques sur la structure intime des tumeurs cancéreuses aux diverses périodes de leur développement") et eut pendant son internat lyonnais l'influence d'Amédée Bonnet (déjà "spécialisé" à 95% en chirurgie osseuse), Chirurgien Major de l'Hôtel-Dieu qui logeait, d'après le réglement, dans l'Hôtel-Dieu.

Nommé lui-même Chirurgien Major de l'Hôtel-Dieu de Lyon en 1860, Ollier succéda au point de vue scientifique dans la discipline osseuse à Amédée Bonnet qui venait de mourir, presque subitement le 1er décembre 1858, à 56 ans. Amédée Bonnet s'était passionné pour les affections articulaires, les...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous