En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Notre expérience de l'utilisation de la prothèse inversée d'épaule et de la prise en charge de ses complications

Paru dans le numéro N°282 - Mars 2019
Article consulté 458 fois

Notre expérience de l'utilisation de la prothèse inversée d'épaule et de la prise en charge de ses complications

Par Marius Scarlat dans la catégorie SYNTHESE
Clinique Chirurgicale St Michel - Toulon Groupe ELSAN

Suite a un travail de plus de deux décennies et de nombreuses études mécaniques et anatomiques Paul Grammont, Pierre Trouilloud et Emmanuel Baulot, de Dijon ont publié à partir de la fin des années 80 et ensuite en 1993 et 1995 le concept original et les résultats de l'arthroplastie inversée moderne de l'épaule.

 

Suite a un travail de plus de deux décennies et de nombreuses études mécaniques et anatomiques Paul Grammont, Pierre Trouilloud et Emmanuel Baulot, de Dijon ont publié à partir de la fin des années 80 et ensuite en 1993 et 1995 le concept original et les résultats de l'arthroplastie inversée moderne de l'épaule. Leur Prothèse Totale Inversée de l'épaule (PTIE) montrait, lorsque la coiffe des rotateurs ne pouvait pas être réparée, qu’une récupération fonctionnelle pouvait être obtenue grâce à une prothèse qui changeait le centre de rotation glénohuméral et offrait un meilleur bras de levier au deltoïde à la condition que celui-ci fut fonctionnel. Les premiers résultats ont été publiés par Paul Grammont dans le Journal « Orthopedics » et par Emmanuel Baulot dans « Acta Orthopaedica Belgica » 1,2,3,4. Les concepts précédents publiés par l'école de Dijon concernaient une prothèse huméro-acromiale « Acropole » et un implant inversé de première génération appelé prothèse "Trompette" qui ont été abandonnés. Une prothèse "Trompette" implantée avec plus de 18 ans de survie et bonne fonction de l'épaule chez une nonagénaire est illustré en figure 1 grâce à l'amabilité du Professeur E. Baulot.

Fig. 1 : Radiographie d'une prothèse inversée "Trompette" avec un suivi supérieur à 18 ans...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous